×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Projet de loi de Finances 2002: Moins 10% sur le budget de fonctionnement pour tout le monde

Par L'Economiste | Edition N°:1054 Le 06/07/2001 | Partager

. La note d'orientation pour préparer la prochaine Loi de Finances fixe le taux de croissance entre 4 et 5%, l'inflation à 3% et autant pour le déficit budgétaire Le projet de budget 2002 est sur les rails. C'est le Premier ministre qui a lancé la mécanique en adressant une lettre d'orientation à ses ministres au sujet de la préparation de la Loi de Finances 2002. La nouveauté de cette année: la note est accompagnée d'une lettre pour chaque ministère (signée par le ministre de l'Economie et des Finances) avec l'enveloppe qui lui serait affectée. Il est demandé aux différents départements de réduire de 10% le budget de fonctionnement et de faire des économies sur les budgets d'investissements. Certains qualifient déjà cette Loi de Finances d'électorale. La note demande de serrer la ceinture pour mieux la relâcher après.D'emblée, le chef du gouvernement plante le décor en énumérant les contraintes qui pèsent sur l'économie. Les années de sécheresse, la baisse de l'euro, la hausse des prix du pétrole, les difficultés de commercialiser les produits des phosphates… autant d'éléments qui ont un impact négatif sur les finances publiques. C'est pour cela que les ministres sont invités à rationaliser davantage en réduisant le train de vie de l'Administration et à améliorer son rendement. Abderrahman Youssoufi montre donc la voie en demandant à ses ministres d'observer certains paramètres. Le taux de croissance est fixé entre 4 et 5%, dans l'optique d'une année agricole moyenne. L'inflation sera maîtrisée à 3% en tenant compte de la récente dévaluation du dirham. Le déficit courant de la balance des paiements serait limité à 0,5% de la production intérieure brute. Quant au déficit du Trésor, il ne devrait pas dépasser 3% du PIB. Pour maintenir ces équilibres, la note demande que la masse salariale qui dépasse actuellement 13% du PIB (taux élevé par rapport aux économies des pays comparables) soit maîtrisée par l'arrêt de la création de postes budgétaires dans l'Administration sauf pour des cas exceptionnels et prioritaires.Le document de dix pages appelle à une réduction des crédits de paiement inscrits et affectés dans le Plan quinquennal ainsi que des crédits relatifs aux équipements. Tout cela sans remettre en cause la qualité de service et les prestations rendues. Cependant, il est impératif de maintenir certaines dépenses ayant un caractère spécial à leur niveau actuel.Auparavant, le Premier ministre aura rappelé que la prochaine loi de Finances devra s'inscrire dans le cadre des orientations du Plan quinquennal. Pour lui, un rôle d'avant-garde devra être joué par le secteur privé pour favoriser l'investissement, les entreprises et particulièrement les PME. Il s'agit aussi d'améliorer l'environnement général de l'investissement en rehaussant le niveau de confiance des opérateurs internationaux et des investisseurs étrangers. Le secteur public est invité à réaliser un saut qualitatif afin de garantir davantage de transparence. Il devra être restructuré en transformant les établissements publics en sociétés de droit privé. Le chef de l'exécutif convie ses ministres à adapter le programme d'investissement aux choix stratégiques du gouvernement. Ainsi, les finances publiques devraient être utilisées comme un instrument pour réaliser le développement durable et solidaire. Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc