×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
International

Projet d’un Giec de la biodiversité

Par L'Economiste | Edition N°:2653 Le 16/11/2007 | Partager

. L’homme à l’origine de la 6e extinction massive d’espècesUne centaine de scientifiques et de représentants de gouvernements sont réunis à Montpellier (sud de la France) jusqu’au 17 novembre pour préparer la création d’un réseau international d’expertise sur la biodiversité, à l’image du Giec sur le changement climatique.Un mammifère sur quatre, un oiseau sur huit, un tiers des amphibiens et 70% des plantes sont menacés de disparaître, selon la liste rouge publiée par l’Union mondiale pour la nature (UICN) le 12 septembre dernier. «L’enjeu est énorme: il s’agit d’aller jusqu’au bout de l’intention de porter la biodiversité au même niveau politique que le changement climatique», a déclaré Jacques Weber, directeur de l’Institut français de la biodiversité. L’homme est à l’origine de cette 6e extinction massive d’espèces, après celle des dinosaures. La destruction des habitats naturels, les pollutions et le changement climatique sont les principales causes de l’hécatombe.Près de 200 nouvelles espèces ont rejoint la liste des 16.306 espèces menacées d’extinction (contre 16.118 l’année dernière), sur 41.415 espèces mises sous surveillance par l’UICN parmi 1,9 million connues dans le monde. Les délégués réunis à Montpellier espèrent définir un «Mécanisme mondial d’expertise scientifique sur la biodiversité» (IMoSEB en anglais) qui pourrait être créé d’ici un an.«On espère sortir de cette réunion avec une proposition à soumettre aux gouvernements et aux conventions internationales sur un projet de mécanisme d’expertise scientifique au service de la décision en matière de biodiversité», a indiqué Jacques Weber.«L’idée c’est d’avoir un mécanisme qui puisse remplir pour la biodiversité les fonctions qui sont remplies actuellement par le Groupe intergouvernemental sur l’évolution climatique» (Giec, prix Nobel de la paix 2007 avec Al Gore), indique-t-il.Le projet date de janvier 2005 à Paris: une conférence internationale réunie à Paris à l’initiative du président Jacques Chirac avait lancé une consultation internationale.Le comité de pilotage international réuni à Montpellier fait suite à des consultations régionales organisées cette année sur les 5 continents, à Montréal (Canada), Yaoundé (Cameroun), Genève (Suisse), Pékin (Chine), Bariloche (Argentine) et Alotau (Papouasie Nouvelle-Guinée).


Enjeu majeur

La biodiversité est un enjeu majeur, tant pour la réduction de la pauvreté, l’approvisionnement en eau potable, les conflits liés à l’utilisation et à l’appropriation des ressources renouvelables que la santé. Mais du fait de la complexité de ces questions, la communauté scientifique qui traite de la biodiversité est très diverse et fragmentée, et du coup elle n’arrive pas à se faire entendre des décideurs politiques. La création d’un organe international devrait permettre de rendre la question plus visible et aider à la décision politique, espèrent les scientifiques.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    m[email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc