×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Projet Attacharouk: Le cafouillis

Par L'Economiste | Edition N°:498 Le 03/05/1999 | Partager

· Une société italienne a soumis une offre clés en main et Attacharouk a donné son accord de principe
· Le Secrétariat d'Etat chargé de l'Habitat dit avoir décliné la proposition italienne et «prépare un appel d'offres pour ce mois»


IL est difficile de voir clair dans l'affaire du relogement des bidonvillois de Ben M'sik à Casablanca. Les informations fournies par les différentes parties concernées divergent et leurs positions se contredisent, et parfois en l'espace de quelques heures. C'est l'imbroglio.
Dans tous les cas, le 25 mars dernier, la société Attacharouk a donné son accord de principe pour l'offre déposée par la société Italienne Sparaco SPA. Cette offre porte sur le relogement des habitants du bidonville de Ben M'sik(1). L'offre italienne a été présentée aux responsables marocains via le mandataire représentant exclusif de Sparaco SPA au Maroc, M. Ahmed Fouad El Filali.
Selon des sources proches du dossier, l'offre n'attend en principe plus que l'avis du Ministère de l'Habitat, lequel avis «doit intervenir dans les prochains jours». Cette information a été confirmée auprès de certains responsables de ce département mais démentie par d'autres. Ces derniers avancent que «l'offre italienne est jugée surévaluée. Nous lancerons durant ce mois de mai un appel d'offres pour lequel elle pourra soumissionner».

Les conditions de l'offre


Ces mêmes responsables indiquent, sans préciser de date, que cette décision a été notifiée à la société italienne Sparaco SPA. Cette dernière indique «n'avoir reçu aucune réponse de la part de l'Habitat».
En attendant, et dans sa lettre d'acceptation de principe, Attacharouk précise que le projet fera l'objet «d'une caution de bonne fin en numéraire de 35 millions de DH remboursables proportionnellement aux appartements réceptionnés. Ce remboursement sera garanti par une caution bancaire émise par une banque marocaine de premier ordre". Le chèque certifié des 35 millions sera remis à Attacharouk lors de la signature de la convention.
La société italienne s'engage à équiper le terrain en infrastructures de base pour «un montant de 135 millions de DH».
Comme présenté, le projet porte sur une superficie globale de 22,3 hectares dans le secteur III Sidi Moumen et devra accueillir les 3.095 ménages du bidonville de Ben M'sik à Casablanca. Les logements couvriront une surface moyenne de 60 m2 habitables chacun, soit un total de 4.280 logements (R+4) en plus de 7.000 m2 de commerces. Le projet fixe la dernière livraison à 64 mois après la date de début des travaux. Ces derniers comprennent, en plus de l'équipement du terrain, la construction des bâtiments et l'aménagement des abords. Sparaco prend également en charge les études, les frais administratifs ainsi que les frais de cadastres et d'enregistrement des titres fonciers.
La formule retenue pour ce projet est le «clés en main». Il est également indiqué que l'opération sera menée en partenariat avec des entreprises locales.

Aniss MAGHRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc