×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Produits toxiques
    Le monoxyde de carbone en tête

    Par L'Economiste | Edition N°:3231 Le 12/03/2010 | Partager

    . 1.583 cas d’intoxication en 2009. 13 décès contre 7 en 2008Près de 1.583 cas d’intoxication par le monoxyde de carbone (CO) ont été enregistrés en 2009 contre 1.190 en 2008. Les produits gazeux (36%) occupent ainsi la première place au palmarès des substances toxiques. C’est ce qui ressort du bulletin de toxicovigilance du 4e trimestre 2009, édité par le Centre national antipoison et de pharmacovigilance. Les adultes représentent 62% des victimes. Ces intoxications, accidentelles dans 99,8%, se produisent généralement à domicile (98% des cas) et en milieu urbain (90,4%). A la liste des produits toxiques s’ajoutent les aliments (19,8%), les médicaments (15,32%), les pesticides (9,2%), les animaux venimeux (7,1%) ou encore les produits ménagers (5,6%). Les produits industriels, les plantes et le minéral arrivent en queue de peloton avec respectivement 4,2, 0,5 et 0,2%. Durant l’année 2009, l’unité de toxicovigilance a reçu 4.514 fiches de déclaration de cas d’intoxication (FTV) de 51 provinces contre 4.313 FTV de 56 provinces durant l’année 2008, d’après Sanaa Benalarabi, médecin toxico-pharmacologue au centre antipoison et de pharmacovigilance. Des campagnes de sensibilisation et de prévention des intoxications ont été organisées cette semaine au profit de formateurs dans différentes académies régionales de l’éducation. Objectif: réduire les intoxications causées par le monoxyde de carbone (CO) et celles dues aux piqûres de scorpions et les produits alimentaires, fait savoir Nadia Tahri Hassani, également médecin toxico-pharmacologue.Tous les âges sont touchés par les intoxications avec un pic de 56% chez l’adulte. La femme est la plus touchée avec un sexe ratio de 0,70. La voie orale est prédominante avec (55,6%), suivie par l’inhalation (37,4%) et la voie percutanée (7%). Les intoxications surviennent à domicile dans 90% des cas, dans un lieu public (8,1%) et en milieu de travail (1,9%). Les décès toxiques sont au nombre de 33 dont 69,70% d’adultes. Le gaz est le premier toxique qui tue avec 13 décès contre 7 en 2008, suivi par les pesticides (11 contre 14), les produits ménagers (2), les aliments, les médicaments et la drogue (1). Le bulletin se penche aussi sur les toxi-infections alimentaires collectives (TIAC). La pâtisserie (28%) et les laits divers (26%) sont les aliments les plus incriminés. Ils sont suivis par les viandes (7%), les poissons et les escargots (8%), les volailles (7%) et les conserves (5%). Les adultes et les enfants sont touchés de la même façon avec 46% respectivement. Selon l’origine géographique, il y a une prédominance du milieu urbain (65,72%). Par ailleurs, les TIAC surviennent dans 54% des cas à domicile, 42% dans un lieu public et 4% dans le lieu de travail.


    Les scorpions, un danger public

    Le Centre national antipoison et de pharmacovigilance a reçu, au cours de l’année 2009, 27.994 cas de piqûres et d’envenimations scorpioniques (PES) contre 25.788 en 2008, d’après les indicateurs de suivi. Les enfants de moins de 15 ans représentent 25,72% contre 26,5% en 2008. Ce qui représente une diminution significative pour cette tranche d’âge grâce aux campagnes de sensibilisation dans les établissements scolaires. Le taux d’envenimation est de 8,28%. Près de 50,5% des patients n’ont pas nécessité de traitement grâce à la rationalisation de la prise en charge. Le centre a enregistré 57 décès, soit un taux de létalité de 0,19% contre 0,22% en 2008.F. Z. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc