×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Production d'électricité: Bonne performance 1998

    Par L'Economiste | Edition N°:469 Le 23/03/1999 | Partager

    · Croissance des ventes de 1,5% et de la consommation de 5,8%

    · La part du charbon de plus en plus importante avec Jorf Lasfar


    Le chiffre d'affaires de l'ONE a enregistré en 1998 une progression de 1,5% par rapport à 1997, selon les premières estimations. L'ensemble des résultats ne sont pas encore disponibles, l'Office n'ayant pas encore tenu son conseil d'administration. Le chiffre d'affaires provisoire est estimé à 9,881 milliards de DH. Les ventes directes y ont contribué pour 5,544 milliards de DH. Le résultat net devrait se situer au même niveau que celui de 1997, soit 339 millions de DH.
    Le total des créances au 23 décembre 1998 reste important, bien qu'il n'atteigne pas les niveaux du début de la décennie. Il est de près de 2,4 milliards, avec plus de 1,4 milliard échus, dont les deux tiers proviennent de la ville de Casablanca.
    Le nouveau concessionnaire de la gestion de la capitale économique consomme près du quart de l'électricité produite. L'énergie nette appelée est en croissance de 5,8% à 12.453 gWh. Les grands comptes représentent 71% de la consommation d'électricité. Ils comprennent les consommateurs importants comme l'OCP, les cimenteries... et les régies de distribution et sont au nombre de 141. Les clients moyenne tension sont 7.232. La part du lion revient aux clients basse tension au nombre de 1.480.679. Le reste regroupe les clients agricoles.
    La production, elle, est à 80% thermique, soit 9.937 gWh. L'hydraulique contribue pour 14%. Le reste provient des apports de tiers, soit 6%, avec la plus grosse part venant de l'interconnexion avec l'Espagne.

    Au niveau thermique, le combustible le plus utilisé est le charbon. Ce combustible contribue pour près de 68% de la production d'origine thermique du pays. Celle-ci est passée de 62,7 à 67,9% entre 1997 et 1998, sachant que le cycle combiné de Jorf Lasfar contribue pour près de 50% de la production de l'ensemble des centrales. Ce sont en effet près de 2,5 millions de tonnes de charbon qui ont été importées en 1998. La part du fioul par voie de conséquence a été réduite en 1998 et ce, en dépit de la chute du cours du brent. Celle-ci est passée de 33,8 à 26,9%. Ce sont près de 703.398 tonnes de fuel qui ont été utilisées pour la production de 2.676 gWh d'électricité. La part de l'hydraulique est, elle, en revanche en baisse par rapport à 1997 où elle était de 17,5% contre 14,2% en 1998, en raison d'une pluviométrie moyenne. Les apports d'eau aux barrages hydroélectriques ont atteint près de 6 milliards de m3 contre 11,6 m3 en 1997, avec un coefficient d'hydraulicité qui régresse de 1,1 à 0,6. Le taux d'électrification rurale a connu en 1998 une croissance de 7%. Ce sont près de 1.130 villages, soit 107.973 foyers, qui ont profité du programme d'électrification rurale.

    Fatima MOSSADEQ

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc