×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Procter & Gamble: 50 ans au Maroc
    «Le potentiel le plus élevé de la région»
    Entretien avec Laurent Philippe, le Président P&G pour la Région CEEMEA (Central & Eastern Europe, Middle East & Africa)

    Par L'Economiste | Edition N°:2916 Le 05/12/2008 | Partager

    Pour son demi-siècle de présence au Maroc, la multinationale américaine, Procter & Gamble a fait les choses en grand. Un film, d’une dizaine de minutes, retrace la saga de cette entreprise, créée en 1958. Le président de P&G pour l'Europe Centrale,Europe de l'Est, Moyen Orient et Afrique , Laurent Philippe, revient sur la stratégie du groupe, etc...- L’Economiste: 50 ans de présence au Maroc mais un petit marché à l’échelle mondiale...- Laurent Philippe: Il n’y a pas chez nous de petit ou de grand marché. Dans la mesure où le consommateur passe avant les frontières géographiques. Le Maroc, c’est 31 millions de consommateurs, la moitié de la France ou du Royaume-Uni. Nous servons le consommateur qu’il soit riche, moyen ou modeste. Et le Maroc, c’est le cocktail de ces trois catégories d’usagers. A la limite, servir les gens les plus modestes est notre mission la plus noble et la plus difficile sur le plan technique. Parce que donner des produits de qualité à prix compétitif est un véritable défi. - Pourquoi le portefeuille P&G n’est pas aussi important que dans d’autres marchés?- Au contraire. Il est aujourd’hui très complet car il nous donne une présence dans ce que l’on appelle les catégories-clés: lessives, couches pour bébé, hygiène féminine et soins des cheveux. Fondamentales, elles permettent de réaliser des parts de marché très importantes. De plus, nous avons 400 marques dont 24 milliardaires dans le monde. - Lesquelles?- Vous devez certainement en connaître quelques-unes…- En quoi consiste le principe de marque milliardaire?- Ce sont des marques qui font 1 milliard de dollars au moins de chiffre d’affaires. Le concept se décline au niveau du groupe Procter & Gamble. Certes, on ne parlera pas de marques milliardaires ou millionnaires au Maroc, mais de marques leaders. Ici, on en a au moins 6 et c’est déjà une belle performance. - Quelle est la stratégie du groupe pour faire du Maroc un hub régional?- Elle s’appuie sur une réflexion consommateur. A partir de là, il n’y a aucune raison pour que le consommateur marocain soit différent de l’Algérien ou du Tunisien. En clair, au-delà donc des frontières géographiques, il y a les caractères communs à ces populations qui transcendent les différences politiques et géographiques. Aujourd’hui, les cadres dirigeants de P&G Maroc sont souvent ceux que l’on envoie en première ligne sur le continent. Et nous en sommes fiers, de la même manière que des cadres français, américains sont venus au Maroc pour installer la culture de la maison. - La politique des ressources humaines de P&G est souvent citée en exemple…- C’est exactement la même politique que l’on applique dans tout le groupe que ce soit ici, aux Etats-Unis ou en Europe. Au niveau de la philosophie, des principes directeurs, des recrutements et des rémunérations. - Est-ce que c’est le cas au Maroc?- Oui. Mais il y a des pays où la possession d’un compte bancaire en devises étrangères n’est pas permise... Nous mettons en place, en toute légalité et en toute transparence, des systèmes de blind trust, fund trust, qui permettent de reproduire les mécanismes de partage équitables de la création de richesse au sein de l’entreprise. Car nous pensons que c’est le moyen le plus sûr de fidéliser nos meilleurs éléments.- En matière d’environnement, quelle est votre politique? - Notre engagement à ce niveau ne date pas d’hier. Et à chaque étape de notre développement, que ce soit au niveau de la formulation des produits et des process manufacturing, la question de l’environnement est prise en compte. - Que pèse le Maroc dans votre business?- Je n’ai pas les chiffres. Non pas par mauvaise volonté, mais parce que nous avons décidé de ne pas reporter nos résultats par région, par ligne géographique. Par contre, je peux vous rassurer qu’en termes qualitatifs, le Maroc est un moteur de croissance essentiel pour le groupe. Son potentiel est de loin le plus élevé que dans les autres pays de la région. Propos recueillis par Bachir THIAM

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc