×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Proche-Orient
Réunion du quartette sur fond d’incertitude

Par L'Economiste | Edition N°:1761 Le 05/05/2004 | Partager

LES quatre parrains de la «feuille de route», plan de règlement du conflit israélo-palestinien, devaient se retrouver hier mardi à l’ONU à New York. Et ce dans l’espoir de relancer le processus de paix, entravé quotidiennement par de nouveaux obstacles.Le secrétaire général de l’ONU Kofi Annan, le secrétaire d’Etat Colin Powell, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et le Haut représentant pour la Politique étrangère de l’Union européenne, Javier Solana, devaient à l’issue de leur réunion publier un communiqué pour appeler Israéliens et Palestiniens à aller de l’avant. Mais ce communiqué risque de n’avoir que peu d’effet à court terme, concédaient ces responsables après les récentes attaques, notamment des attentats anti-israéliens commis par des Palestiniens et l’assassinat par Israël de deux responsables du groupe radical Hamas ces deux derniers mois.Ces violences, couplées aux difficultés politiques rencontrées par le Premier ministre israélien Ariel Sharon pour mettre en oeuvre son plan de retrait israélien de Gaza, refusé par son parti le Likoud, laissent les diplomates face à un dilemme.«Ça se complique tous les jours», a déclaré un diplomate américain. «Le quartette ne peut pas tout faire», a-t-il ajouté. Le désaveu infligé à Ariel Sharon par son propre parti sur son plan de retrait de Gaza embarrasse particulièrement l’administration Bush, qui avait pesé de tout son poids en faveur de ce projet à l’avenir désormais très incertain. Le département d’Etat américain avait reconnu lundi que ce rejet était «certainement un revers» pour le Premier ministre israélien, qui a proposé de modifier sa copie. Mais son porte-parole Richard Boucher a toutefois assuré que les Etats-Unis «continuent de penser qu’un retrait de Gaza peut représenter une chance». L’Union européenne et la Russie avaient réagi avec grande réserve au soutien apporté par Washington au plan Sharon, réaffirmant leur attachement à la feuille de route.(AFP)

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc