×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Procès Marsofim vs Pc Tech
    Le revendeur marque un point

    Par L'Economiste | Edition N°:2131 Le 17/10/2005 | Partager

    . Il gagne en 1re instance, par une décision dans le fondNOUVEAU rebondissement dans le feuilleton judiciaire de Pc Tech, spécialiste de la vente des ordinateurs composés (clones) et Marsofim, un grossiste en matériel informatique (cf.www.leconomiste.com). Le tribunal de commerce de Casablanca a rendu, le 29 septembre dernier et en première instance, une décision dans le fond. Et c’est Pc Tech qui est sorti vainqueur dans cette manche. La décision du tribunal, dont L’Economiste détient copie, condamne Marsofim au paiement des traites d’une valeur de 10,1 millions de DH plus les intérêts, au profit du revendeur. Signalons à cet effet que le tribunal de commerce de Casablanca a déjà rendu quelques décisions concernant cette affaire mais simplement en référé (saisie conservatoire, injonction de payer). L’affaire remonte à juin 2004. Marsofim avait commandité quelques mois auparavant un audit général au terme duquel Youness Derbougui, le directeur général, démissionne au mois de mai de la même année. La nouvelle direction remarque alors que quelques factures et effets de 5 millions de DH étaient impayés par le client Pc Tech. Marsofim réclame alors paiement à Pc Tech, mais ce dernier lui adresse des avoirs d’une valeur de 6 millions de DH pour retour de marchandise non conforme. De plus, Pc Tech réclame le paiement des effets d’une valeur de 10,1 millions de DH portant la signature de l’ancien directeur de Marsofim et relatifs à des marchandises (1.300 ordinateurs) que le grossiste avait achetées, du temps de l’ancien DG Derbougui, chez le revendeur. Eclate alors un grand litige entre les ex-partenaires et les tribunaux se saisissent de l’affaire. Le jugement rendu en première instance s’appuie sur le témoignage de Derbougui. Celui-ci a assuré au juge l’exactitude de sa signature et la validité des opérations objets du litige. Les responsables de Pc Tech affirment que des actions de saisies (banques, stockes, clients et douanes) commenceront incessamment, “pour récupérer l’argent que nous devons à Marsofim”. Du côté du grossiste, on n’accorde pas beaucoup d’importance à la décision rendue en première instance. “Cette décision n’est assortie d’aucune obligation de paiement. De plus, nous avons interjeté appel”, explique l’avocat de Marsofim, Driss Chraïbi. Selon lui, la décision rendue en première instance laisse beaucoup de points en suspens puisque le juge n’a pas entendu de témoignages “hormis celui de l’ex-directeur de Marsofim”. Outre le volet commercial, le litige est également instruit en pénal. Ce dernier volet pourrait bien aboutir sur une action publique pour faux et usage de faux.


    MSYS

    PC Tech est un revendeur de matériel informatique très connu pour sa marque vedette d’ordinateurs composés Msys. Une marque qui a fait les beaux jours de l’opération commerciale initiée par Maroc Telecom “Un ordinateur à 2.500 DH”. MSYS ne fait plus partie de l’opération menée par IAM. Les responsables de Pc Tech expliquent cette rupture par l’augmentation du tarif de la carte mère. Une augmentation que l’opérateur historique a refusé de suivre puisqu’il ne voulait pas dépasser le prix de lancement à 2.500 DH.Naoufal BELGHAZI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc