×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprise Internationale

Privatisations : Coup d'envoi en France : La BNP et Rhône-Poulenc ouvriront le feu à l'automne

Par L'Economiste | Edition N°:90 Le 29/07/1993 | Partager

Le décret portant la liste des premières privatisables a été publié le 22 juillet, un jour après la sortie au bulletin officiel de la loi de privatisation. n s'agit de deux établissements financiers: la Banque Nationale de Paris (BNP) et la Banque Hervet et de deux groupes industriels: Elf Aquitaine et Rhône-Poulenc.

Selon Les Echos, cette liste, qui"indique clairement que le gouvernement a choisi la tranquillité, ne contient pas de surprise si ce n'est la petite Banque Hervet. Justifiant ce choix dans une interview accordée au Figaro, le ministre de I ' Economie, M . Edmond Alphandéry, a déclaré que la BNP, Rhône-Poulenc et Elf-Aquitaine étaient appréciées et qu'elles constituaient des fleurons de l'économie française. Concernant la Banque Hervet, il a indiqué qu'il leur était apparu "utile de la faire passer rapidement dans le secteur privé".

Interrogé sur l'absence de sociétés d'assurances telles que les AGF et l'UAP dans cette première liste, il a souligné que le gouvernement estimait plus convenable de faire le point sur la situation des entreprises de ce secteur.

"Ce qui ne signifie nullement qu'elles ne seront pas privatisées dans un délai proche", a-t-il précisé en rappelant que le gouvernement peut toujours prendre un nouveau décret pour compléter la liste des prochaines privatisations.

La privatisation de la BNP et de Rhône-Poulenc interviendra dès l'automne prochain"en fonction des conditions du marché". D'ailleurs la procédure de désignation des banques conseils du gouvernement pour ces deux premières opérations était déjà en cours lors de la publication du décret.

Maintenant que le processus est déclenché, il reste à désigner la commission de privatisation. Celle-ci est composée de sept membres nommés par décret du Premier Ministre sur proposition du ministre de l'Economie. Sa composition doit avoir lieu dans un délai de quinze jours à compter de la date de promulgation de la loi. Lorsque cette commission aura rendu ses avis sur la valeur des entreprises à privatiser, le choix des actionnaires hors marché pour la constitution des noyaux durs et les procédures, il reviendra à M. Alphandéry de fixer le prix de cession et de choisir les membres du noyau stable. Une fois ces modalités remplies, il restera à fixer le jour et la procédure de mise sur le marché des entreprises concernées.

Comme déjà annoncé le 26 mai, lors de I ' adoption en Conseil des Ministres du projet de loi sur les privatisations, le gouvernement table toujours sur une recette de 40 milliards de Francs d'ici à la fin de l'année. A La taille du marché de Paris ne sera pas un obstacle, car l'emprunt Balladura déjà préparé le terrain", commente le ministre de I ' Economie en a; joutant que cet emprunt est "vraiment la voie royale pour réussir les privatisations", car son succès prouve que "l'épargne peut être mobilisée sans perturber le fonctionnement du marché boursier".

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc