×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprise Internationale

    Privatisation: Onze institutionnels dans le capital de Renault

    Par L'Economiste | Edition N°:238 Le 11/07/1996 | Partager

    Après deux ans d'attente, Renault va enfin basculer dans le privé. Le règlement-livraison des titres représentant les 6% du capital de Renault mis en vente par l'Etat est prévu pour le 15 juillet. Au terme de cette opération, qui va rapporter près de deux milliards de Francs (un peu plus de 14 millions d'actions au prix unitaire de 139 Francs) au Trésor, la participation de l'Etat ne représentera plus que 46,97% du capital du constructeur. Elle devra être cédée ultérieurement.

    Le 15 juillet donc, onze nouveaux actionnaires vont faire leur entrée dans le capital de Renault. Comme le voulait son patron, M. Louis Schweitzer, il s'agit exclusivement de financiers, parmi lesquels des étrangers. La liste comprend entre autres la Caisse des Dépôts et Consignations (1%), le Crédit National (0,5%), la Commerzbank (0,25%), la Banque Cantonale Vaudoise (0,5%), le Groupe ING (0,25%), l'Union de Banques Suisses (0,75%) et les AGF (0,5%). La BNP, actionnaire depuis novembre 1994 aux côtés d'Elf Aquitaine (1,5%), de Lagardère Groupe (1,5%) et de Rhône-Poulenc (1%), a décidé d'augmenter sa mise pour la porter de 1 à 1,5%.

    Le nouveau tour de table de Renault se compose du groupe d'actionnaires (11%), d'AB Volvo (11,38%), des salariés (2,51%), de l'Etat (46,97%) et d'autres actionnaires (28,14%).

    La privatisation de Renault entraîne le renouvellement du Conseil d'administration. Celui-ci comptera quinze membres (au lieu de 17 actuellement) dont 5 représentant l'Etat, 3 les salariés et 1 les actionnaires-salariés.


    Hakima EL MARIKY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc