×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Presse spécialisée : Un nouveau groupe investit la communication médicale

    Par L'Economiste | Edition N°:147 Le 29/09/1994 | Partager

    Les Editions Lilas lancent un magazine en direction des professions médicales, plus précisément destiné aux pharmaciens. Introuvable en kiosque, ce premier support professionnel est uniquement vendu par abonnement.

    Edité pour le lancement en 3.500 exemplaires, le premier mensuel du pharmacien est depuis le 15 septembre sur le comptoir des officines du Maroc.

    Cette publication, dénommée "Caducée" est éditée par les Editions Lilas. Elle propose sur 45 pages et 13 rubriques trois axes d'informations. Le premier cahier est conçu comme une plage d'informations exclusivement médicales. Le second est consacré aux informations parapharmaceutiques (cosmétologies, soin, hygiène). Le dernier cahier englobe le "News-Life", à savoir le tourisme, les loisirs, le sport... Les informations pratiques concernant les nouveaux produits pharmaceutiques et parapharmaceutiques figurent dans un cahier central détachable.

    Le Caducée est conçu pour les pharmaciens d'officines, les pharmaciens biologistes et les professionnels du service et de l'industrie pharmaceutique.

    Quatre jours après le lancement, la société compte un peu plus d'une vingtaine d'abonnés. L'abonnement se monte à 329DH par an.

    Le marché pharmaceutique est déjà structuré avec environ 2.250 pharmaciens et une vingtaine de laboratoires, la plupart alliés, par le capital ou les brevets, à de grandes multinationales françaises, allemandes, américaines.

    Incursions rares

    Les incursions dans ce domaine sont rares. Aussi, aux yeux de ses promoteurs, la création de ce magazine est motivée par l'absence d'un support de presse professionnelle destiné aux pharmaciens et aux industriels du secteur. Elle est également motivée par la nécessité d'élaborer des dossiers d'informations scientifiques, médicales et de formation continue, "et adaptés à la distribution et à la fabrication de l'industrie pharmaceutique au Maroc", explique M. Abdellatif Khizrane, directeur de la publication.

    "Le Caducée Magazine a été crée pour être le trait d'union entre le pharmacien et l'homme de la rue, Monsieur tout le monde", ajoute-t-il.

    Une enquête sur le terrain, effectuée avant le lancement, a révélé la perception utilitaire qu'ont les professionnels sur ce type de support. "Une exigence beaucoup plus forte que par le passé, explique M. Khizrane. La mission du Caducée doit être structurée et organisée. Elle doit apporter un maximum d'informations sur tel produit ou telle maladie".

    En interne, un comité de secrétariat de rédaction, composé de trois personnes, pilote la conception, la rédaction des articles et contrôle chaque étape de la réalisation du magazine. Cette équipe permanente est jusqu'à présent "gracieusement" aidée par des professionnels du corps médical.

    Bétonner le marché

    Pour "bétonner" son marché, la société livre, par le biais d'une société de routage, ses abonnés sans passer par les services de la Poste. Cette société gérera la base de données des abonnés, mettra sous pli le magazine et assurera la distribution.

    Pour le lancement, la diffusion s'est effectuée "avec les moyens de bord" de la société. Avec le concours de la société Sudipro, filiale du groupe Sunergia, elle quadrille les autres villes du Maroc.

    Le chiffre d'affaires de la société est exclusivement constitué des recettes tirées de l'abonnement et de la vente d'espaces publicitaires.

    La société éditrice dispose aujourd'hui d'une base de 15 salariés pour assurer la diffusion et la régie publicitaire de son titre.

    "Le marché de la presse spécialisée est très vaste. Il reste encore beaucoup de place pour d'autres titres, à condition d'apporter une réelle valeur ajoutée", assure M. Khizrane qui, sans plus de détails, indique ne pas craindre la concurrence d'autres supports.

    Création d'une filiale toulousaine

    Créées en juillet 1994, avec un capital social de 60.000 DH, les Editions Lilas font partie d'une holding, en cours de constitution, qui regroupera, outre la presse spécialisée, le design graphique à travers la société Espace Graphique et la communication avec Lilas Communication, dont les fondateurs sont M. Mohammed Khizrane, M. Abdellatif Khizrane et M. Aziz Filali.

    Mais la holding ne s'arrête pas là. Une filiale toulousaine des Editions Lilas est en cours de création et démarrera ses activités en janvier 1995. Régie publicitaire opérationnelle à partir de décembre prochain, la filiale aura pour principal objectif la promotion des titres marocains prévus, en premier lieu le "Caducée", auprès des laboratoires pharmaceutiques non installés au Maroc mais dont les produits sont présents sur le marché. "Notre but est la commercialisation du cahier ou espace publicitaire du Caducée", précise M. Khizrane.

    De son côté, Lilas Communication, créée en mai 1994 avec un capital social de 60.000 DH, gère des budgets publicitaires et opère dans l'élaboration des messages, des affiches et assure le travail de promotion et de distribution. Depuis la création de la première société du groupe en 1986, Espace Graphique, l'investissement financé par fonds propres s'élève à 1,5 million de DH.

    M.O.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc