×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Présidentielle: Le Liban entre dans une semaine décisive

Par L'Economiste | Edition N°:2655 Le 20/11/2007 | Partager

. Le mandat de Lahoud expire samedi prochainLE Liban est entré dans une semaine décisive avec l’expiration samedi prochain du mandat du président Emile Lahoud, dont la succession n’a toujours pas fait l’objet d’un compromis entre les différents leaders politiques, en dépit des pressions internationales.Alors que les responsables étrangers se succèdent à Beyrouth pour favoriser un accord entre la majorité parlementaire anti-syrienne et l’opposition soutenue par Damas, beaucoup craignent que les deux camps ne parviennent pas à élire un président mercredi 21 novembre, date de la séance parlementaire consacrée à l’élection.Le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner, et le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, se sont rendus en début de semaine à Beyrouth.L’échec du processus fait craindre que le pays ne plonge dans le chaos: l’opposition a menacé de former un gouvernement parallèle à celui de Fouad Siniora, scénario identique à celui des dernières années de la guerre civile.La séance parlementaire a déjà été reportée trois fois et les observateurs craignent que l’issue du vote de mercredi ne soit la même. La crise a mobilisé plusieurs dirigeants, dont le secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon, et les ministres français et italien des Affaires étrangères, qui ont tenu des pourparlers au Liban ces dernières semaines avec les différentes parties.Le patriarche maronite Nasrallah Sfeir, chef de la plus puissante Eglise dont est issu le président, a fait miroiter une lueur d’espoir vendredi dernier, lorsqu’il a présenté une liste de candidats.La liste n’a pas été révélée, mais, selon les médias libanais, elle comprendrait des hommes politiques des deux camps et des technocrates indépendants.Le gouvernement Siniora, appuyé par l’Occident, est paralysé depuis la démission des six ministres chiites en novembre 2006, l’opposition réclamant une plus grande part du pouvoir.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc