×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Présidence UE: La France présente ses grands axes

Par L'Economiste | Edition N°:2598 Le 29/08/2007 | Partager

. Dont l’emploi et la sécurité des citoyensLa France a présenté hier les grands axes de sa présidence de l’Union européenne au second semestre 2008, en mettant notamment l’accent sur la croissance et l’emploi au sein de la zone euro, et sur la défense des intérêts européens dans la mondialisation.Le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, Jean-Pierre Jouyet, a présenté ces grandes lignes devant les ambassadeurs de France réunis à Paris, au lendemain d’un discours du président Nicolas Sarkozy faisant de l’Europe la «priorité absolue» de sa politique étrangère.Cette présidence semestrielle de l’UE - la France succèdera alors à la Slovénie- sera précédée de déplacements de Sarkozy et son Premier ministre, François Fillon, dans les diverses capitales européennes, a-t-il indiqué.La France est «de retour en Europe», a redit Jouyet, après l’accord sur un mini-traité européen défendu par le président Sarkozy. Le secrétaire d’Etat a identifié quatre «axes» de travail pour la France: «Croissance et emploi», «Protection des citoyens», «Europe du futur» et «Influence de l’Europe sur la scène internationale».Jouyet s’est clairement démarqué des tenants de l’école économique libérale et a défendu la «nécessité» d’une Europe «plus affirmée dans la mondialisation», quitte à reconnaître des difficultés avec Londres, Berlin et la Commission européenne. «Etre ouvert sur le monde ne signifie pas accepter le laissez-faire, défendre nos intérêts n’est pas défendre le statu-quo, protéger ce qui doit l’être n’est pas du protectionnisme», a argumenté Jouyet.Jouyet a indiqué que Paris comptait profiter de sa présidence pour poursuivre le débat sur la politique de l’euro fort suivie par la banque centrale européenne, malgré les critiques françaises. «La zone euro a besoin d’une politique économique et d’un dialogue plus nourri avec la BCE, dans le respect bien sûr de son indépendance», a-t-il dit, en ajoutant que la ministre de l’Economie, Christine Lagarde, «prépare des propositions pour nos partenaires». Les gouvernements «doivent assumer leurs responsabilités en matière de politique de changes», a-t-il ajouté.En matière sociale, la future présidence française de l’UE estime «qu’une sécurité accrue doit accompagner la flexibilité qu’exige l’adaptation de nos entreprises». Paris veut aussi faire une place importante à une politique européenne de l’énergie et à la lutte contre le changement climatique.Les relations avec la Chine, la Russie, les Balkans, l’Afrique ou encore les pays de la Méditerranée devraient figurer au premier rang des priorités internationales, a-t-il estimé. Une politique commune d’immigration «sera l’une de nos grandes priorités», a-t-il encore indiqué.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc