×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Près de 13 millions de tonnes de bois-énergie consommées par an

    Par L'Economiste | Edition N°:467 Le 19/03/1999 | Partager

    · 87,6% de la consommation est le fait des ruraux

    · Un programme pour sauver les ressources ligneuses

    · Deux techniques: Les cuves cylindriques et les foyers améliorés


    Fours à pains, bains maures, chauffages et techniques de cuisson rudimentaires engloutissent chaque année des quantités considérables de bois. Dans le secteur rural la consommation de bois-énergie peut atteindre jusqu'à 10 millions de tonnes par an, ce qui représente 87,6% de la consommation totale. Le reste qui est absorbé par le secteur urbain est dominé par les hammams.
    Cette énergie est responsable d'émission de particules et de gaz nuisibles à la santé, ainsi qu'à la dégradation de la qualité de vie des ménages. Les besoins du milieu urbain en bois-énergie (établissements socio-économiques) sont concentrés et donnent souvent lieu à une dégradation systématique des forêts autour des villes et dans les montagnes avoisinantes. Cette dégradation s'accentue de jour en jour...
    Pour remédier au problème, une étude préparatoire du Programme-Pilote d'Economie de Bois d'Energie au Maroc a été menée par le Centre de Développement des Energies Renouvelables (CDER) en mai 1998. Elle a retenu des technologies prometteuses permettant de mieux diffuser la chaleur émise, donc de consommer moins.
    Celles-ci doivent répondre à deux critères particuliers. D'une part, correspondre à un usage généralisé et reconnu comme très fort consommateur de bois-énergie (bénéfices importants pour la ressource) et, d'autre part, avoir une incidence directe sur les prélèvements non contrôlés et abusifs de la ressource ligneuse.

    Ainsi, dans le milieu rural en montagne, on parle du système des foyers améliorés. Il s'agit d'un foyer en tôle galvanisée semblable à une grande marmite dans laquelle le bois brûle. Il permet un rendement plus élevé, une économie de bois de 40 à 50%, une réduction de la fumée et, de surcroît, il est déplaçable.
    Le CDER, en collaboration avec des ONG (ENDA), des associations (Amis du Zat, Tassa-Ouirgane EDR...) et des projets de développement régionaux (GTZ/Arganier...) ou nationaux (PNUD...) ont créé un fonds de roulement avec remboursement total par les propriétaires (80 DH/ foyer amélioré et 900 DH pour les fours à pain)
    En milieu urbain, pour les bains maures, c'est la cuve cylindrique améliorée qui est préconisée. Ce nouveau système adaptable à toute taille de hammam, permet de réduire la pollution de l'air en économisant plus de 60% d'énergie, soit 150 tonnes de bois par an. Ce modèle, déjà accepté par les propriétaires et les Institutions nationales, coûte 46.000 DH amortissables en 4 mois.


    Trois sites-pilotes


    L'extension des systèmes économiques est prévue dans trois sites-pilotes dont la consommation de bois est abondante. D'abord, la promotion massive des technologies économiques au niveau du centre urbain de Casablanca, où les hammams sont légion (environ un millier). La consommation de bois passerait alors de 315 tonnes par hammam et par an à 157.
    Ensuite, c'est dans la région de Khénifra qu'il faudra vulgariser ces technologies. En effet, une étude nationale de la consommation de bois-feu révèle que le milieu rural de la Province de Khénifra consomme 95% de la totalité de bois-énergie de cette région. Près de 39.500 ménages ruraux emploient 12 tonnes de bois par ménage.
    Taroudant constitue le troisième site-pilote. Dans cette région, les ménages ne consomment que 4.384 kg, mais la principale essence forestière est constituée de l'arganier. Et pour l'heure elle fournit 50% des besoins. Si les mesures de sauvegarde ne sont pas prises rapidement, l'espèce risque de disparaître.

    Radia LAHLOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc