×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Première cotation d’Involys

    Par L'Economiste | Edition N°:2423 Le 15/12/2006 | Partager

    . Taux moyen de satisfaction de 4,59% . Plus de 4.000 nouveaux actionnairesLa cloche de la Bourse de Casablanca a sonné pour la 9e fois cette année. C’est le spécialiste de l’édition et de l’intégration de logiciels qui vient d’ouvrir son capital au grand public. Il s’agit d’ailleurs de la 62e entreprise à avoir fait confiance au marché boursier, pour bénéficier de sources de financement avantageuses et surtout directes. L’introduction d’Involys a été effectuée sur le «Marché croissance» en mode Multifixing, dans le secteur «Matériel, logiciels et services informatiques». Les résultats techniques de l’opération révèlent que le nombre final des souscripteurs s’élève à 4.147 de 5 nationalités différentes. Parmi celles-ci, l’on trouve des Hollandais et des Américains. Maintenant, tout le monde est fixé: le nombre d’actions demandées dans le cadre de cette OPV a atteint 3.620.248 actions pour 166.000 actions offertes, soit un taux moyen de satisfaction de la demande de 4,59%. La répartition par type d’ordre révèle une nette prédominance des personnes morales et institutionnelles, qui ont raflé 63,48% des titres mis en vente, soit un taux de satisfaction de 16,89%. Dans cette catégorie, les OPCVM se sont accaparé 52,6%, les institutionnels marocains se voient attribuer 35,1% et les institutionnels étrangers se contentent de 12,3%. Les personnes morales et physiques marocaines et étrangères s’en sont vu attribuer 36,52%.La société estime que son «objectif principal a été atteint par ce renforcement de l’institutionnalisation de son tour de table». Elle compte utiliser les fonds levés pour investir davantage dans la recherche-développement, dans le but de «consolider et développer les produits, existants» et créer éventuellement une nouvelle gamme de produits que ce soit dans les segments de la gestion de patrimoine, de la gestion immobilière, de la gestion des budgets et des dépenses ou encore de la gestion de la distribution, et renforcer sa présence sur les marchés étrangers, notamment européens et canadiens. D’autant plus que la société table sur une croissance annuelle moyenne de 34% pour les 3-4 années à venir.Saïd MABROUK

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc