×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

PPS/FFD: Les camarades d’hier se rallient

Par L'Economiste | Edition N°:2611 Le 17/09/2007 | Partager

. Les deux partis forment un groupe parlementaire commun. Enjeu: Franchir le seuil des 6%Les camarades d’hier se retrouvent pour défendre des intérêts «politiques communs». En effet, depuis vendredi dernier, une nouvelle alliance a été scellée entre progressistes. Le Parti du progrès et du socialisme (PPS) a coopté le Front des forces démocratiques (FFD) de Thami El Khyari. Les deux formations ont donc décidé de constituer d’un seul groupe parlementaire. Désormais, ce groupe commun fera valoir les propositions et questions des deux partis tant au niveau de la Chambre des représentants qu’à celui de la Chambre des conseillers. Cette décision est motivée, dit-on auprès des deux formations, par des «soucis de rationnalisation de la pratique parlementaire, ainsi que de dynamisation de la notion de pôle». C’est dire aussi que la notion de taille critique pèse sur le plan institutionnel.Pour d’autres, c’est plutôt le moyen d’atteindre le seuil des 6%. C’est le taux minimum pour pouvoir disposer d’un groupe parlementaire. Le scrutin du 7 septembre fait que le PPS a récolté 17 sièges à la Chambre des représentants, alors que le FFD disposera désormais de 9 députés (12 députés et 3 conseillers en 2002). Rappelons que le FFD est à l’origine une formation issue du PPS. Le parti de Thami El Khyari (secrétaire général) a été créé en 1997 par des membres dissidents. Ses fondateurs avaient quitté le PPS pour, invoquait-on, des divergences idéologiques. Son chef de file a fait partie du premier gouvernement Youssoufi. Aujourd’hui, les deux formations (PPS et FFD) précisent que leur alliance reste tenue par les grandes orientations partagées par les forces démocratiques. Selon Mustapha Benali, membre du FFD, chacune des deux formations reste tenue par ses engagements signés au préalable. Autrement dit, cela ne change rien aux engagements du PPS signés dans le cadre de la Koutla démocratique le liant à l’Istiqlal et à l’USFP.De sources proches du FFD, il n’est pas exclu que le Front des forces démocratiques intègre la Koutla par PPS interposé, mais l’Istiqlal et l’USFP accepteront-t-ils d’adouber des formations aussi petites? Pas si sûr. Du moins, l’on estime au FFD que cette alliance PPS/FFD cooptera d’autres formations de sensibilité progressiste. Ne serait-ce pas là un appel ou du moins un clin d’œil aux petites formations à référentiel progressiste? De l’avis de Benali, cadre du FFD, «les forces démocratiques et partis de gauche sont les bienvenus». L’idée serait de rassembler un large front démocratique qui éventuellement rapprocherait la Koutla des composantes de la gauche. A. R.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc