×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Pourquoi le groupe Safran mise sur le Maroc

    Par L'Economiste | Edition N°:2294 Le 09/06/2006 | Partager

    Le groupe Safran renforce sa présence au Maroc. Avec Labinal Maroc, filiale du groupe Safran, opérationnelle depuis mars dernier, c’est la cinquième implantation de l’équipementier français. Aménagé sur un terrain de 7 hectares, ce site de production s’étend sur une surface de 10.800 m2. Il est dédié à l’assemblage et à la commercialisation de systèmes de liaisons électriques pour l’industrie aéronautique. Le président du directoire, Jean-Paul Béchat, explique les motivations de son groupe.- L’Economiste: Labinal Maroc est le dernier-né d’une série d’implantations du groupe Safran au Maroc. Que représente cette dernière opération pour vous? - Jean-Paul Béchat: Le groupe Safran, c’est 10,5 milliards d’euros et 58.000 personnes. Nous avons une implantation internationale. Il est normal que nous renforcions notre présence au Maroc. Le groupe a une grande confiance dans l’économie du Maroc et dans ses atouts compétitifs dans le secteur de la sous-traitance aéronautique. La première initiative de notre groupe remonte à 1999. C’était un partenariat avec Royal Air Maroc qui concerne la maintenance des moteurs des Boeing 737. Cela s’est bien passé pour cette première coopération. Nous avons constaté que les autorités nous aidaient à investir et nous facilitaient toutes les démarches administratives. De plus, nous avions la possibilité de recruter du personnel de bon niveau technique. Deux ans plus tard, en 2001, nous avons monté une deuxième société, Matis aérospace. Là aussi, les choses se sont bien passées. Pour Labinal Maroc, c’est différent. Nous sommes là parce qu’une société franco-marocaine travaillant essentiellement pour Airbus s’est trouvée en difficulté financière. Nous avons proposé de reprendre le flambeau. Nous avons décidé d’investir pour développer cette société et, partant, développer nos affaires. Nous avons donc installé ce site avec un investissement de 100 millions de dirhams. Aujourd’hui, dans Labinal Maroc nous sommes à 75% avec des investisseurs marocains. . Quels sont les points forts de ce nouveau site?- Tout d’abord, notre capacité technique. Labinal au sein du groupe Safran est numéro 1 mondial pour ses activités de conception et de câblage pour les avions civils et militaires. Donc, le premier point fort c’est de faire partie d’un acteur qui est numéro un mondial qui livre aussi bien à Boeing qu’à Dassault en France. Quant aux points spécifiques à ce site, ils ne manquent pas. Les investissements sont neufs, le personnel que nous recrutons est de bonne qualité avec un bon niveau de formation. Formation qui sera complétée par une initiation aux spécificités de notre métier. Je crois qu’avec du succès auprès des clients, un outil industriel neuf, un personnel de qualité, nous avons de très bons atouts. . Justement, en dehors de la proximité géographique, la langue et la compétitivité des ressources humaines, quels sont, pour vous, les vrais atouts du Maroc? - Nous avons choisi le Maroc et nous sommes très contents de notre choix. Nous ne sommes pas à notre premier essai. Cela a été un succès dès le départ. Ce qui nous encourage à poursuivre. Rien qu’en 2005, nous avons monté deux sociétés: Aircelle pour les activités de fabrication pour les avions civils. Et Tochos Maroc, pour l’ingénierie. Labinal Maroc est la 5e société du groupe au Maroc. Aujourd’hui donc, dans notre implantation au Maroc, nous avons toute la palette des activités: bureau d’études, ingénierie, fabrication, maintenance. Avoir toute cette palette nous permettra d’assurer des carrières intéressantes à nos ingénieurs, à notre personnel, s’ils souhaitent avoir de la mobilité. Cela nous permettra aussi de continuer à développer nos affaires au Maroc, qui est aussi un grand client. J’ai parlé surtout de RAM client pour les moteurs d’airbus et de Boeing. L’Armée de l’air marocaine a aussi choisi de moderniser ses Mirages Rafale et nous a retenus pour ces travaux de modernisation. Donc nous avons de multiples intérêts à rester au Maroc, à nous développer au Maroc. . Que pensez-vous de la polémique suscitée par l’intervention de la présidence de la République dans la désignation des dirigeants du groupe Safran? - Oui, il y a eu cette rumeur que l’Elysée a démentie. Moi, je ne commente pas cette information. Vous savez, le groupe Safran travaille bien, nous avons d’excellents produits, nous nous développons un peu partout dans le monde. Je suis ce que je suis. Bien sûr, un jour, on me remplacera. Cela est sûr et alors, j’en profiterais pour m’occuper de mes petits-enfants.Propos recueillis par Khadija EL HASSANI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc