×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie Internationale

    Pour rendre son marché compétitif : Finance: La France allège sa fiscalité

    Par L'Economiste | Edition N°:239 Le 18/07/1996 | Partager


    La fiscalité française ne serait plus un obstacle aux investisseurs étrangers. Le ministre français des Finances, Jean Arthuis, a annoncé le jeudi 11 juillet des mesures de réforme visant à améliorer la position française dans l'Europe financière. Désormais, les entreprises bancaires et financières bénéficieront de taxes forfaitaires basses, notamment sur les activités de gestion administrative et de coordination des multinationales. Cette réforme fiscale sera étendue aussi à des fonctions propres au secteur financier, telles les activités de back-office.
    Concernant les salariés étrangers, la nouvelle réforme va déduire certains frais du revenu imposable. Ainsi, les indemnités accordées à ces salariés (déplacement avec famille, frais de voyages annuels, frais de scolarité...) ne seront plus imposables.
    Autre mesure annoncée par le ministre des Finances: la libéralisation du marché des émissions en Eurofrancs. Ainsi, toute entreprise européenne qui dirige des émissions dans une monnaie de l'Union Européenne sera autorisée à diriger des émissions en Eurofrancs.
    Les investisseurs français regrettent cependant que les réformes n'aient pas prévu la suppression de l'impôt de bourse. "L'état des finances ne le permet pas", a expliqué le ministre.
    Par ailleurs, le gouvernement est en passe d'accélérer le mouvement de la modernisation du marché français en préparant des règles pour l'ensemble du secteur économique, avec comme objectif de "rendre les comptes plus lisibles et plus crédibles".
    Pour ce faire, le gouvernement prépare deux textes de loi, sur le démarchage financier et sur l'épargne retraite.
    M. Arthuis est convaincu de la nécessité de créer un environnement économique porteur pour briguer une forte place financière. La France, selon lui, va vers la reprise économique. Le pays pourra cette année réduire le déficit public à 4%.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc