×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Pour recouvrer les créances sur l'Administration : Le groupe Wafabank crée une nouvelle filiale

    Par L'Economiste | Edition N°:103 Le 11/11/1993 | Partager

    La holding Wafa Systèmes se dote d'une nouvelle filiale chargée de gérer les dossiers administratifs pour le compte des entreprises, notamment des exportateurs et des investisseurs. Les premiers produits proposés sont l'apurement à l'export, la récupération du PFI et le recouvrement du crédit TVA.

    Wafa Systèmes a mis en place une nouvelle unité: "Conseil Administratif et Fiscal" (UCAF), opérationnelle depuis le 25 septembre; c'est une fiduciaire à caractère particulier. Elle règle pour le compte de ses clients les dossiers administratifs relatifs à l'apurement des exportations, la récupération du PFI ou le recouvrement du crédit TVA. D'autres produits sont en cours de montage.

    "La clientèle ciblée est, non seulement l'entreprise qui veut sous-traiter des tâches administratives lourdes et répétitives pour mieux se consacrer à son activité première, mais également la PME qui veut optimiser ses coûts en sous-traitant ces services", explique Mme Salima Ayouche, directeur général de la nouvelle unité.

    Fichier de 4.000 clients

    L'entité a déjà confectionné une base de données regroupant ses clients potentiels; près de 4.000 ont été identifiés à travers les statistiques de l'Office des Changes, clients ou non de Wafabank.

    Plus précisément, les clients de l'unité "Conseil Administratif et Fiscal" sont les entreprises exportatrices. En effet, la récupération du PFI, dans le Code des investissements, n'est valable que pour les entreprises exportatrices. De même les autres produits, l'apurement à l'export et la récupération des crédits TVA sont destinés aux entreprises exportatrices.

    En pratique, l'apurement des dossiers d'export ou la justification auprès de l'Office des Changes du rapatriement des devises, produit des exportations, n'est pas une tâche difficile. Néanmoins, certains éléments peuvent venir compliquer le dossier tels que des avaries de marchandises ou des retards cumulés d'apurement par méconnaissance de procédures. La filiale procède alors à l'apurement dans un délai d'une semaine une fois tous les éléments du dossier en main.

    Récupération de la T.V.A.

    En revanche, "la procédure de la récupération du PFI est plutôt complexe", explique Mme Ayouche. La récupération est effectuée au prorata du chiffre d'affaires à l'export durant une période de sept années. "Les industriels se lassent en cours de route et cumulent des manques à gagner", explique le directeur.

    Néanmoins, la prescription est quadriennale. En d'autres termes, les industriels peuvent récupérer le PFI d'il y a quatre ans. La filiale se donne un délai de 6 mois pour verser au client le montant récupéré. Ce qui correspond au délai minimum réglementaire.

    La récupération du crédit TVA ou du "crédit rouge" concerne en grande partie les exportateurs. Ceux-ci ont payé la TVA sur leur input et sont dans l'impossibilité de la récupérer sur leur output, car leurs produits sont destinés aux marchés extérieurs, donc vendus hors TVA.

    Commissions dégressives

    La procédure est connue par les industriels, mais la constitution des dossiers est quant à elle lourde et complexe. Le délai réglementaire est de 6 à 7 mois l'UCAF garantit un délai de 7 à 8 mois pour le paiement au client de son crédit TVA, ce qui correspond au délai réglementaire minimum, soit "la moitié du délai généralement constaté chez les exportateurs", précise Mme Ayouche.

    La commission pour ces deux derniers produits est dégressive de 10 à 3% en fonction du montant à récupérer.

    Par ailleurs, l'entreprise est entrain de ficeler d'autres produits, tel le montage de dossiers d'investissements qui devraient être soumis au Ministère du Commerce et de l'Industrie pour aval et à la banque pour l'obtention du crédit.

    Le dossier d'investissement peut aussi bien concerner la création d'une entité ou bien l'extension d'une unité déjà en place. La clientèle ciblée par ce produit est constituée des investisseurs qui ont besoin d'être assistés pour le montage de leur dossier d'investissement

    L.T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc