×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Pour lutter contre le piratage de logiciels : Microsoft mène des campagnes de sensibilisation

    Par L'Economiste | Edition N°:160 Le 29/12/1994 | Partager

    Microsoft est décidé à réfréner le piratage de logiciels. C'est à coups de mailings destinés aux dirigeants de PME/PMI et aux revendeurs et de campagnes de publicité notamment que le leader mondial de logiciels pour micro-ordinateurs explique que l'installation et l'utilisation d'un logiciel sans licence d'utilisation est un délit pénal.

    Selon un communiqué de l'éditeur, le piratage informatique "recouvre plusieurs pratiques illicites". L'une de ces pratiques est le préchargement pirate de logiciels sur disque dur. Celui-ci consiste pour certains revendeurs "à installer sur micro-ordinateur proposé à la vente une copie du système d'exploitation ou de certaines applications bureautiques".

    Autre forme de piratage: reproduire sur son ou sur micro-ordinateur une copie pirate d'une application sans en avoir acquis bien sûr la licence d'utilisation. Le piratage des programmes informatiques a représenté en 1993 un manque à gagner de 74 milliards de Francs pour les éditeurs de logiciels, selon la Business Software Alliance, une association professionnelle américaine regroupant des éditeurs de diverses nationalités.

    Cette somme ne tient compte que du piratage des logiciels professionnels. Elle ignore par conséquent les copies des jeux vidéo et des programmes grand public.

    En 1992, rappelle l'association, le piratage avait coûté 70 milliards de Francs. Ce montant avait été obtenu sur la base d'informations collectées dans 38 pays, contre 54 en 1993.

    Le président de la Business Software Alliance estime que "le pourcentage de logiciels piratés a un peu baissé". La notion de baisse est toute relative, explique un autre groupement professionnel. Elle résulte de "la baisse du prix moyen des logiciels".

    Synthèses réalisées par Hakima EL MARIKY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc