×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Pour l'étude de l'informatisation de la Bourse : La France offre son assistance technique

    Par L'Economiste | Edition N°:168 Le 23/02/1995 | Partager

    La restructuration de la Bourse de Casablanca franchit une nouvelle étape avec l'étude relative à l'informatisation. Une convention a été signée en ce sens entre le Ministère des Finances, la Société des Bourses Françaises et la Sicovam (Société interprofessionnelle de Compensation des Valeurs Mobilières). "L'étude sera établie sur une base très large et menée en plusieurs étapes", annoncent les autorités de tutelle. Il s'agira d'identifier les domaines dans lesquels il faudra intervenir, entres autres la mise en place d'un système de transaction et la nécessité de constituer un dépositaire central. L'étude portera de même sur les besoins en matériel. Cette opération est entièrement financée par le Trésor français. Le montant n'a cependant pas été révélé.

    Cette convention marque le retour des institutions françaises au sein de la Bourse. En effet, depuis que la place de Casablanca est entrée dans une phase de croissance, les investisseurs français ont brillé par leur absence alors que Britanniques et Américains ont fait montre d'un intérêt particulier.

    En attendant les conclusions de l'étude, les structures essentielles définies par la loi relative à la Bourse des Valeurs se mettent progressivement en place. Les intermédiaires se sont constitués en association. Les statuts de la Société Gestionnaire ont été agréés par le Ministère des Finances. La gestion de la Bourse des Valeurs sera concédée par cette Société Gestionnaire sur la base du cahier des charges en cours d'élaboration au Trésor et qui doit être approuvé par le Ministère des Finances.

    Selon la loi, "ce cahier des charges fixe notamment les obligations afférent au fonctionnement de la Bourse, à l'enregistrement et à la publicité des transactions ainsi qu'aux règles déontologiques devant être respectées par le personnel de la société concessionnaire". Les textes définissent donc un cadre général pour la rédaction de ce cahier des charges. L'objectif final est d'apporter plus de transparence, élément essentiel pour une place financière qui vise un développement rapide et sans beaucoup d'entraves. Une fois cette question réglée, la Bourse prendra un nouveau visage. Restera toutefois le problème de l'alimentation en papiers du marché et la multiplication des transactions. Il est entendu que les réformes administratives, aussi efficaces soient elles, ne changent pas rapidement les comportements.

    A.D.N.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc