×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Pour la fabrication du polyéthylène basse densité : SNEP: Un projet de 100 millions de Dollars

    Par L'Economiste | Edition N°:85 Le 24/06/1993 | Partager

    La SNEP est une des privatisables(1). La cession concerne 90% de son capital. Considérée comme une entreprise "financièrement saine", avec son résultat net de 56 millions de DH. D'importants projets sont en cours de réalisation.

    LA SNEP, Société Nationale d'Electrolyse et de Pétrochimie, vient de terminer une étude pour accroître la capacité de production du PVC de 32.000 tonnes, pour passer à 45.000 tonnes. L'investissement déjà estimé est de 200 millions de DH, financé à 50% par autofinancement et 50% par des crédits bancaires. Cette étude a englobé des tests de matériel par simulation sur ordinateur et essais des unités.

    La SNEP avait déjà procédé à une première augmentation de la capacité de production de PVC et de soude répondant ainsi à une consommation accrue. En effet, "la consommation du PVC a connu un développement de 10% au cours des six dernières années", expliquent les dirigeants. La SNEP a ainsi investi au cours des trois dernières années plus de 150 millions de DH pour l'extension de ses unités, l'amélioration de la qualité et l'économie d'énergie. La capacité de production du PVC Suspension est ainsi passée de 20.000 à 32.000 tonnes et celle de la soude de 25.000 à 28.000 tonnes. Cet investissement a été entièrement autofinancé par la société.

    Par ailleurs, dans le cadre de la diversification de ses produits, la SNEP envisage la mise en place d'une unité de fabrication de polyéthylène basse densité. Elle a déjà réalisé l'étude marché, la sélection des procédés et des engineerings, la préparation du cahier de charges, le lancement des appels d'offres, la comparaison et l'alignement des soumissions. Toutefois, la réalisation de ce projet a été reportée en attente du nouvel acquéreur de la SNEP. Le montant global de l'investissement est de 100 millions de Dollars.

    Le polyéthylène est utilisé pour la fabrication de films pour serres agricoles et pour les sacs de grandes contenances. La consommation au Maroc du polyéthylène basse densité est de 50.000 tonnes par an environ.

    Jusqu'en 1977,les besoins de l'industrie marocaine en matières plastiques étaient totalement satisfaits par le recours à l'importation. Le démarrage de la production de la SNEP en 1978 a permis aux industries locales de réduire considérablement leurs achats à l'étranger en matières plastiques. "L'économie de devises a été de l'ordre de 230 millions de DH en 1992", indiquent les dirigeants de la SNEP.

    La société comprend par ailleurs quatre unités principales. Il s'agit de l'électrolyse, le MVC (Monochlorure de Vinyle), le PVC (Polychlorure de Vinyle) et les compounds. Auxquelles viennent s'ajouter les installations annexes de réception d'éthylène, de production de vapeur, d'azote, d'air instruments, de déminéralisation d'eau... Dans l'unité d'électrolyse, le sel est décomposé par le courant électrique pour donner du chlore et de la soude. Le chlore est mélangé à de l'éthylène importé pour produire le monochlorure de vinyle ou MVC qui donne le PVC.

    Dans l'unité "compounds", le PVC est mélangé à des additifs chimiques pour produire différents types de "compounds" suivant les caractéristiques techniques désirées (voir tableau).

    Les capacités de production annuelle sont de 28.000 tonnes pour la soude, 25.000 tonnes pour le chlore, 32.000 tonnes pour le PVC suspension, 5.000 tonnes pour le PVC émulsion, 7.500 tonnes pour les compounds alimentaires et 5.000 tonnes pour les compounds non alimentaires. Pour le PVC, la SNEP est le seul producteur au Maroc.

    Concernant la commercialisation et la distribution, le PVC est commercialisé dans des sacs de 25 kilos livrés par camions transporteurs. La soude et l'extrait d'eau de javel sont livrés dans des citernes à 17m3 soit par les propres camions de la SNEP, soit par ceux du client. L'extrait d'eau de javel est commercialisé à des intermédiaires pour la mise en bouteille ou à des revendeurs qui commercialisent le produit en vrac. La SNEP dispose par ailleurs d'une cellule d'assistance technique mise à la disposition des entreprises et surtout (les PMI afin de "les aider à résoudre les problèmes techniques qu'elles rencontrent ou à mettre au point des formulations de PVC pour de nouveaux produits à lancer sur le marché".

    Meriem OUDGHIRI

    (1) La remise des offres à été fixée au 31 mai 1993, puis reportée au 5 juillet. Le prix minimum d'offre SNEP a été fixé à 250DH l'action, soit 360 millions de DH pour l'ensemble des actions à céder. Il est par ailleurs prévu de réserver une partie des actions aux salariés de l'entreprise. La cession de la SNEP intéresse plusieurs firmes pétrochimiques internationales.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc