×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Pour définir sa nouvelle stratégie : BTP: La Fédération lance une enquête

    Par L'Economiste | Edition N°:231 Le 23/05/1996 | Partager

    La Fédération des BTP est résolue à restructurer la profession. Elle concocte une stratégie globale avec pour principaux instruments des antennes régionales, un Giac et un cycle de formation itinérante. Elle souhaite en outre la généralisation du système de qualification-classification à tous les donneurs d'ordre publics et privés.

    "L'accord d'association avec l'UE est une bonne chose mais va poser plusieurs problèmes". M. Bouchaïb Benhamida, président de la Fédération Nationale du Bâtiment et des Travaux Publics (FNBTP) mesure les risques et se prépare avec la profession à affronter cette échéance. La Fédération cherche à mettre en place une stratégie de mise à niveau du secteur. M. Benhamida réclame l'organisation du secteur par le soutien actif de l'Administration pour la réglementation en déterminant le rôle et la responsabilité de chaque opérateur. Pour lui, l'Administration devra généraliser le système de qualification- classification à l'ensemble des donneurs d'ordre publics , particulièrement les Ministères de la Santé Publique et de l'Habitat et les collectivités locales.
    Pour l'heure, la profession prépare une enquête nationale en vue de diagnostiquer les faiblesses et besoins des différentes catégories d'entreprises du secteur(1). Cette première investigation vise à identifier les actions prioritaires à mener pour la restructuration.
    "Cette enquête est au stade de la discussion avec la représentation de l'UE pour dégager les moyens financiers" , affirme M. Bouchaïb El Haddaj, directeur de la FNBTP. Et d'ajouter: "la question de savoir si l'enquête va être menée par des experts français ou des bureaux d'études locaux n'a pas encore été tranchée".
    Il explique que l'enquête portera sur un échantillon représentatif de la profession. Des sondages effectués par des experts de la Fédération Française du Bâtiment et du Centre des Ressources Informatiques et d'Organisation du Bâtiment et des Travaux Publics ( CRIOR) ont montré que les entreprises du secteur n'ont toujours pas pris conscience des retombées de l'accord d'association.
    Pour M. El Haddaj, cela tient à la prédominance du secteur informel et de la structure familiale des entreprises.
    Si les grandes entreprises comme Dragados, Cubiertas et Italstrades sont déjà présentes, raflant une part significative du marché, M. Benhamida craint de voir s'installer des PME espagnoles et portugaises. Ses craintes sont nourries par l'intérêt que portent des sociétés espagnoles pour la région nord notamment.

    Développer la représentation régionale


    Si la FNBTP compte créer une structure similaire au CRIOR pour auditer les entreprises du secteur, elle envisage également de mettre en place une stratégie globale qui s'articule autour de plusieurs axes. Le premier concerne la structuration de la Fédération au niveau régional. Il s'agit de développer des antennes en élargissant la représentation pour intégrer les PME.
    Le deuxième axe porte sur des "actions fédérales" qui sont des campagnes d'audit. Pour le troisième axe qu'est l'assistance à l'entreprise, la Fédération prépare les statuts de son propre Groupement Interprofessionnel d'Aide et de Conseil (GIAC). Ce dernier, qui devra regrouper toutes les associations du secteur, se fixe un double objectif: sensibiliser les entreprises, particulièrement les PME, à intégrer la formation en tant que facteur déterminant dans leur compétitivité et les assister à identifier leurs besoins en matière de compétences. Il est à rappeler que les GIAC des autres secteurs sont chargés de la gestion d'un fonds (FIAC) créé dans le cadre du troisième projet de la Banque Mondiale consacré au financement des actions de conseil visant à identifier les besoins de compétences des entreprises.
    Parallèlement à ces actions de mise à niveau, la Fédération lance une campagne de formation au profit des cadres et dirigeants des entreprises sur le thème "L'évaluation des prix des projets dans les BTP". Ce séminaire itinérant à travers toutes les régions du pays devra remédier à l'épineux problème des chutes des prix des marchés des BTP. Pour les besoins de formation, la profession compte d'ailleurs renforcer ses relations avec l'OFPPT dont un membre est détaché à la Fédération.
    Par ailleurs, les entreprises veulent bénéficier de la taxe de formation professionnelle qu'elles versent à la formation initiale et qui est du ressort de l'Etat. Dans cette perspective, la Fédération a fait appel à une expertise étrangère pour audit.

    Mohamed CHAOUI


    (1) Il existe quatre sortes d'entreprises: entreprises indépendantes qui opèrent dans le secteur informel (50.000 employant 130.000 ouvriers), PME organisées (900) avec un effectif de moins de 50 ouvriers, unités de plus de 50 ouvriers (600 au total) et entreprises étrangères (170.000 ouvriers). Les deuxième et troisième catégories dépendent de la demande publique.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc