×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Pour abriter expositions et congrès à Casablanca : Toro veut créer un espace sous toile

    Par L'Economiste | Edition N°:157 Le 08/12/1994 | Partager

    L'agence Toro veut aménager un espace privé de congrès et d'expositions. Objectif: parer au déficit des structures d'accueil de manifestations économiques et culturelles à Casablanca.

    Créer un espace de congrès et d'expositions polyvalent dans la région de Casablanca, tel est le projet finalisé par l'agence de communication Toro. Cette initiative privée est la première du genre. La construction de parcs d'expositions et de palais de congrès est généralement assumée par l'Etat ou une ville.

    Cet espace pourrait se situer à une dizaine de kilomètres du centre de la ville, sur un terrain de 27.600m2 sur la route de l'aéroport, peu avant la forêt de Bouskoura. Conçu avec une structure gonflable (système de tentes), il pourrait être opérationnel dans trois mois. Le projet est ficelé et en attente de l'autorisation de l'Agence Urbaine.

    L'organisation d'Exiflor à Marrakech, par l'agence Toro depuis 4 ans, a permis aux dirigeants de mesurer tous les problèmes d'organisation et de logistique liés à l'éloignement d'une exposition de la capitale économique.

    Face donc à la demande des participants, la décision a été prise d'organiser Exiflor 95 à Casablanca au mois de novembre. Pour les congrès, la capacité d'accueil des salles des grands hôtels de la capitale économique ne dépasse guère 420 places, Elles sont souvent sous-équipées (sonorisation, matériel de traduction simultanée).

    Pour les expositions, l'OFEC ne dispose plus que du Grand Palais largement saturé. Cet espace très simple manque par ailleurs de convivialité. Enfin, pour les spectacles, seule la salle couverte du complexe Mohammed V peut être utilisée avec le risque de réquisition en toute dernière minute.

    Par ailleurs, il existe un besoin réel d'animation culturelle pendant l'année. "Forum d'entreprises, cinéma éducatif pour enfants, atelier d'échec, jeux de société, organisation de concours nationaux de circuits de voitures télécommandées peuvent être organisés tout au long de l'année", affirme M. Nasser Laraki, président de l'agence.

    Selon M. Nabil Elbouab, directeur général de Toro, le but est de créer un espace où l'agence serait à la fois vendeur et utilisateur. Cette conception dynamique et souple de la communication événementielle permettra aux dirigeants d'amortir plus rapidement les frais. Ainsi, près de 11 événements d'ordre économique sont prévus par Toro, dès la première année d'exploitation.

    Pour répondre à toutes ces attentes avec un montant d'investissement maîtrisé, les concepteurs du projet ont opté pour une structure gonflable, expérimentée aux USA, en Europe et au Canada depuis une vingtaine d'années. "A Montréal, il existe une zone industrielle entièrement conçue avec ce système de tentes gonflables", souligne M. Laraki pour démontrer la fiabilité et la sécurité de cette formule. Ces tentes sont conçues en trévira, matière fine, solide, flexible et ininflammable. Le coût de revient de la tente est évalué entre 400 et 500 DH le mètre carré. Mais la toile ne représente que 25% du prix de la structure.

    Le reste de l'investissement comprend les souffleurs, les portes tournantes, les portes de fermeture et d'isolation, mais aussi l'aménagement du sol (câblage et bétonnage). Pour réduire le coût de la climatisation, un système d'écoulement d'eau autour des parois de la tente aura pour effet de modérer la température intérieure. Le montant total de l'investissement, achat du terrain compris, est estimé à 49 million de DH. Avec les exonérations que permet le code des investissements, ce montant serait ramené à 30 millions de DH.

    En attendant l'autorisation de l'Agence Urbaine, un compromis de vente a été signé pour l'acquisition d'un terrain de 27.600 m2 dans la région de Bouskoura. Il sera aménagé en 3 espaces distincts mais modulables. Un premier espace de 6.000 m2 peut accueillir 350 stands de 9 m2 lors d'une exposition et accueillir 7.000 places pour un concert.

    Un second espace de 650 m2 est prévu pour un business center des salles de commissions, mais peut également servir à la tenue de séminaires restreints. Enfin, un espace congrès de 1.500 m2 sera destiné aux spectacles de dimension restreinte: musique classique et pièces de théâtre. Des espaces de réception et de restauration figurent aussi sur le plan. Le bâtiment des cuisines est le seul prévu en construction dure. La même superficie construite en dur nécessiterait un investissement global quatre fois supérieur à la formule des tentes. Tout cet ensemble conçu par l'architecte Khalid Laraki baignera dans un environnement écologique. Par l'abondance de ses espaces verts, il évoquera une oasis.

    Mouna KABLY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc