×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Ports: La nouvelle grille tarifaire

    Par L'Economiste | Edition N°:2430 Le 26/12/2006 | Partager

    . Une réduction des coûts de 30%. Une période transitoire de 18 moisLES tarifs pour l’activité d’aconage, de stevedoring et de grutage resteront régulés par l’Agence nationale des ports (ANP). Du moins jusqu’à ce que la concurrence dans le port de Casablanca soit mise en place de façon progressive entre la Société d’exploitation des ports (Sodep) et la Société marocaine des ports (Somaport), nouvellement créée par la Comanav. Un communiqué du ministère de l’Equipement et du Transport annonce, en effet, que les tarifs conteneurs, RoRo et divers resteront fixés par l’ANP «en raison des délais nécessaires à Somaport pour réaliser les travaux d’adaptation des infrastructures portuaires, acquérir les engins et assurer la formation et le redéploiement du personnel dockers recruté». Pour rappel, ce personnel sera essentiellement composé des 1.090 dockers privés qui ont, jusqu’à l’entrée en vigueur de la loi 15-02 sur la réforme portuaire, toujours relevé de l’Association des stevedores et consignataires de navires (Assamat). Une période transitoire a donc été décidée par le ministère de l’Equipement et du Transport et pendant laquelle les tarifs continueront à être régulés par l’ANP, elle-même issue de la scission de l’ex-Odep (Office d’exploitation des ports). L’Agence a d’ores et déjà affiché des «tarifs plafonds permettant une réduction moyenne effective des coûts de près de 30%».En fait, Karim Ghellab, ministre de l’Equipement et du Transport, avait déjà annoncé, il y a deux semaines, cette réduction devenue effective aujourd’hui (cf. www.leconomiste.com). La période transitoire durera entre les mois de décembre 2006 et juin 2008. Elle se déroulera en cinq étapes. La première a été entamée dès ce mois de décembre et s’étalera jusqu’en mars 2007. Pendant cette période, les tarifs seront régulés par l’ANP et correspondent à ceux pratiqués au 30 novembre 2006. Soit quatre jours avant l’entrée en vigueur de la loi sur la réforme portuaire. A signaler que les facturations de la manutention bord et la manutention quai seront séparées.Une deuxième période suivra de mars à juin 2007. Là, la manutention sera unifiée et les tarifs continueront d’être régulés par l’ANP. Les prestations donneront lieu à une facture unique incluant le bord et le quai. Une troisième période allant de juin à août 2007 permettra des tarifs libres pour la manutention du trafic divers. Néanmoins, c’est l’ANP qui fixera les plafonds des tarifs publics de manutention. Dès septembre 2007 et jusqu’à juin 2008, c’est au tour des tarifs de manutention RoRo d’être libéralisés. Mais, c’est l’ANP qui en fixera les plafonds. La dernière période interviendra à partir de juin 2008. C’est à partir de cette date que tous les tarifs de manutention seront libres. L’ANP continuera, cependant, à en fixer les plafonds.A signaler, enfin, qu’à terme, le circuit de facturation portuaire sera simplifié dans la mesure où le système de facturation directe de la manutention, du concessionnaire à l’agent maritime, sera adopté. C’est alors à l’agent que revient la charge de répercuter cette facturation sur le réceptionnaire, l’expéditeur ou le transitaire.Jamal Eddine HERRADI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc