×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Port Tanger-Atlantique: Bouygues remporte le gros lot

Par L'Economiste | Edition N°:418 Le 08/01/1999 | Partager

Le choix est fait: C'est le groupement piloté par Bouygues qui construira le port d'éclatement de Tanger-Atlantique. Le constructeur français a trouvé une astuce pour le financement: la reconversion de la dette en investissement pour couvrir la part des capitaux propres.


Le sort du port de transbordement de Tanger-Atlantique est scellé. C'est le groupement piloté par Bouygues, associé à l'opérateur portuaire Hessentie qui a remporté le gros lot. L'annonce de cette décision se fera en grande pompe. Il s'agira de dissuader les projets concurrents caressés par des pays voisins comme le Portugal, l'Espagne ou l'Italie. Malgré le retard enregistré dans le calendrier de réalisation, le projet dispose toujours d'une longueur d'avance. Il s'agit de la conserver. "Les pouvoirs publics sont appelés à accélérer le rythme des négociations à venir pour comprimer le délai de réalisation", assure un membre du gouvernement.
Un mémorandum devra être signé pour le constructeur et le gouvernement. Ce dernier doit officiellement approuver le choix fait. Un échange de correspondance entre le Ministère de l'Equipement et la Primature devra fixer la forme à donner à l'engagement. Le recours à M. Abderrahman Youssoufi provoquera à coup sûr un effet positif et relancera le projet de plus belle. Ainsi, le Ministère de l'Equipement va retrouver son poids, affaibli ces derniers temps par la gronde d'une partie de ses cadres. Une éventuelle sortie médiatique appuyée par le Premier ministre servira à rassurer le groupement étranger et donnera plus d'éclat au projet.
Cette cérémonie devra marquer le coup d'envoi d'une nouvelle étape qui consiste à finaliser le contrat avec le consortium choisi. La Chase Manhatan, conseiller financier, est toujours présente dans ce projet. Ses experts vont appuyer la partie marocaine. La subvention demandée par Bouygues s'élève à 1,3 milliard de DH.

Une source proche du dossier assure que "cette somme représente un plafond qu'il s'agit de négocier à la baisse". Mais la nouveauté dans ce projet réside ailleurs: le recours au mécanisme de reconversion de la dette en investissement. Bouygues a promis de présenter une demande au Trésor français et au Ministère marocain de l'Economie et des Finances pour que le projet soit éligible à ce mécanisme. Comme la reconversion porte sur le capital, le constructeur français fera la demande à hauteur de son capital de l'ordre de 500 millions de DH. Il pourra aisément l'augmenter ultérieurement.
Cette idée originale ne devra en principe pas rencontrer de résistance auprès des Trésors marocain et français. Le 1,4 milliard de FF à reconvertir n'a pas rencontré le succès escompté auprès des investisseurs français. Le premier appel d'offres lancé l'année dernière par le Ministère français de l'Economie, des Finances et de l'Industrie portant sur une tranche de 700 millions de FF a été difficilement consommée. Il reste une autre tranche de 700 millions. L'arrivée de Bouygues peut-être perçue comme une bouée de sauvetage pour une formule qui a besoin d'être revigorée.
Il est à rappeler que le projet porte sur la concession de la construction, de l'exploitation et de l'entretien d'un nouveau port de Tanger-Atlantique pourvu d'une zone industrielle et d'une zone franche. Ce port d'éclatement dispatchera les marchandises vers d'autres ports. Le schéma de réalisation retenu est celui du BOT (Built-Own-Transfert: construire-exploiter en propriétaire et le transférer). Sa réalisation nécessitera la mobilisation de 300 millions de Dollars, soit près de 2,8 milliards de DH. Ce mode de financement est pour la première fois utilisé dans la construction des infrastructures portuaires.

Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc