×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Culture

    Popeye, toujours fort grâce aux épinards

    Par L'Economiste | Edition N°:1686 Le 19/01/2004 | Partager

    . La série loufoque célèbre ses 75 ans Avec ses biscotos tatoués, son bob et son langage coloré, Popeye est depuis 75 ans le modèle de tous les petits garçons qui veulent devenir “l'plus fort des forts” en se forçant à avaler des épinards. Popeye le marin a débarqué le 17 janvier 1929. Il apparaît comme un personnage de second plan, pour muscler une série de “cartoons” dessinée par Elzie Segar dans l'Evening Journal, un quotidien de New York. “Etes-vous un marin?”, lui demande Castor, l'un des héros de la série. “Tu pensais que j'étais un cow-boy?”, réplique Popeye, goguenard. La légende était née. Et Popeye le râleur au bon coeur devait rapidement ravir la vedette aux autres personnages, en laissant toutefois une place de choix à l'unique Olive Oil, sa fiancée filiforme. Pour conserver son coeur, il est prêt à toutes les bagarres contre son éternel rival, Brutus, caricature du “méchant”, bête et hirsute. Les deux amoureux évoluent au milieu d'individus hauts en couleur qui donnent un parfum fantaisiste unique à leurs aventures: Popa, le père de Popeye, le Pilou-Pilou, doté de pouvoirs magiques, ou encore Gontran l'affamé qui secoue la tête pour dire “oui” ou “non”. La popularité de cette série loufoque pousse le cinéma d'animation, alors balbutiant, à s'emparer du marin au pantalon bouffant, la pipe collée au bec. Les aventures de “Popeye le marin” sortent en 1933 dans le cadre d'une série dont la vedette est “Betty Boop”. Le succès est immédiat et Popeye poursuivra davantage sa carrière sur les écrans que dans les pages des journaux. “En 1938, Popeye avait remplacé Mickey Mouse comme le personnage animé le plus populaire en Amérique”, affirme Mark Langer dans la revue spécialisée Animation World Magazine. Cette popularité, Popeye la doit beaucoup aux épinards, qu'il ingurgite à pleine boîte pour être “l'plus fort des forts”, comme le proclame la célèbre chanson de la série. Mais si les épinards ont aidé Popeye, le contraire est encore plus vrai. Il a offert au célèbre légume “plein de fer” un slogan plus efficace qu'aucune campagne de publicité: “Mange tes épinards si tu veux devenir fort comme Popeye!”. Les producteurs américains d'épinards en sont très reconnaissants à Popeye. La ville texane de Crystal City, qui se proclame “capitale des épinards”, lui a dressé une statue dès 1937 en le créditant d'une augmentation de 30% de leur consommation aux Etats-Unis. Synthèse l'Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc