×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Pollution: Premières études sur Casablanca

Par L'Economiste | Edition N°:67 Le 18/02/1993 | Partager

Le bulletin d'information "Numéro 0", "L'Urbaniste", de l'Agence Urbaine de Casablanca retrace succinctement les différents problèmes de pollution auxquels se trouve confrontée la ville de Casablanca. Près de 2.000 tonnes de déchets par jour sont collectés par la ville de Casablanca. Le taux de collecte est estimé à 0,7 kg par habitant et par jour. Selon les prévisions du Schéma Directeur d'Aménagement Urbain (SDAU),au cours de la période 1995/2.000, il faudra éliminer 3.000 tonnes par jour. La situation devient donc alarmante. Casablanca se voit confrontée aujourd'hui aux multiples problèmes d'environnement en raison de sa croissance démographique, de la diversité et de l'importance des activités économiques qu'elle concentre. Le poids industriel de l'ensemble de la wilaya qui se concentrait principalement dans la partie Nord-Est, se répand aujourd'hui dans d'autres communes. Cette situation rend l'air irrespirable et le taux de pollution surélevé, indique le bulletin d'information. A cela s'ajoute l'accroissement effréné du nombre de véhicules qui accentuent davantage l'encombrement et la congestion de la circulation. De plus, les déchets ménagers souvent mal ramassés ou jetés par certaines personnes contribuent à la dégradation de l'environnement et à l'augmentation du taux de pollution. Le problème de la collecte et du traitement des ordures ménagères est d'autant plus grave que les concentrations urbaines les plus importantes ne disposent pas de moyens de traitement adéquats. "L'état actuel des décharges publiques laisse vraiment à désirer", souligne le bulletin de l'Agence. Face à une situation qui ne cesse d'empirer, l'Agence Urbaine a participé en collaboration avec l'ensemble des intervenants au choix des différentes composantes du système anti-pollution, notamment les sites de stockage des boues, les tracés des intercepteurs... Cette étude a été lancée par la RAD pour la dépollution du
littoral de la Wilaya et la réutilisation des eaux usées épurées. Malgré son pouvoir autoépurateur important, ce milieu commence à perdre sa qualité écologique et hygiénique à cause de la charge massive rejetée: 150 tonnes par jour de matière en suspension rejetée en mer pour un volume des eaux usées estimé en 1990 à 365.000m3 par jour.

Enfin, le bulletin d'information rappelle l'état de dégradation dans lequel se trouve l'espace planté dans le Grand Casablanca. A partir de là, les plans d'aménagement communaux ont préparé la création d'espaces verts d'une superficie totale de 567 hectares. Une ceinture verte de 12.000 hectares sera créée comme espace de loisirs et de détente. Ce projet fera l'objet d'une étude menée par l'Agence Urbaine de Casablanca en concertation avec la Wilaya, les préfectures, la Direction de la Conservation Foncière et celle des Eaux et Forêts, indique "L'Urbaniste".

M.O.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc