×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 159.147 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 199.098 articles (chiffres relevés le 27/5 sur google analytics)
Politique

Politique européenne de voisinage
Plus de moyens pour le Maroc

Par L'Economiste | Edition N°:2647 Le 08/11/2007 | Partager

. Une aide de 300 millions de DH octroyée par l’UE. La demande de «statut avancé» en bonne voie LES relations entre le Maroc et l’Union européenne (UE) sont au beau fixe. C’est en tout cas l’avis de Benita Ferrero-Waldner, commissaire européenne aux Relations extérieures et à la Politique de voisinage de l’UE, à l’issue d’une rencontre, hier à Rabat, avec Taib Fassi Fihri, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération. Pour elle, le Maroc a réalisé de gros progrès dans le cadre du processus de réformes engagé à différents niveaux. Notamment en matière de mise à niveau des domaines de la justice, de l’administration et des finances publiques. Aussi, l’Europe a décidé de récompenser les performances du Royaume en lui accordant une enveloppe supplémentaire de 300 millions de DH (28 millions d’euros) au titre de la Facilité gouvernance, récemment créée pour les pays couverts par la Politique de bon voisinage (PEV). Cette somme devrait servir à soutenir certains secteurs sociaux et prioritaires comme l’éducation et la justice. Rappelons que le Royaume bénéficie déjà d’un budget de 654 millions d’euros (7,4 milliards de DH) pour la période 2007-2013. «Il s’agit de la plus importante aide financière accordée par l’UE», précise Ferrero-WaldnerPar ailleurs, plusieurs chantiers sont en cours ou en projets dans le cadre de coopération entre les deux parties. La ministre européenne a pour mission, durant sa visite de trois jours, de consolider les relations entre le Maroc et l’UE. Ainsi, Ferrero-Waldner a souligné que la réponse pour «un statut plus avancé pour le Maroc» sera donnée fin 2008. Enfin, la ministre européenne devrait rencontrer aujourd’hui et demain plusieurs responsables marocains, notamment le Premier ministre et le ministre de l’Economie et des Finances.Nour Eddine EL AISSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc