×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Police: Les GUS débarquent

Par L'Economiste | Edition N°:1881 Le 22/10/2004 | Partager

. Beaucoup moins de policiers au Maroc qu’en Tunisie. 1.200 flics new-look déjà installésLes GUS débarquent. Non! pas dans le sens péjoratif(1). C’est un nouveau sigle qui signifie groupe urbain de sécurité, une section de jeunes policiers (et non de policières pour l’instant), fraîchement formés, qui seront chargés de prévenir les atteintes à la sécurité et d’intervenir en cas de troubles (cf. www.leconomiste.com). A Casablanca, Rabat et Marrakech, ces policiers, vêtus d’une tenue bleue, circulent déjà en jeeps Prados flambant neuf, en motos et fourgonnettes. Une police «plus proche, plus visible et plus efficace». C’est le message que veut véhiculer la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN). Et combien coûtent ces nouveautés? «Nous avons opéré une réaffectation des ressources», se contente de dire Bouchaïb Rmil, directeur de la Sécurité. Parfois trop concis, parfois évasif ou nuancé, l’ancien préfet de Casablanca, qui fait maintenant son petit bonhomme de chemin au sein de la Direction générale, a soigneusement contourné certaines questions sensibles. La mission de ce nouveau corps comprendra-t-elle la lutte antiterroriste? Selon Rmil, les nouvelles sections s’attaqueront à tout ce qui porte atteinte à la loi. Décodage: la lutte antiterroriste tombe aussi dans leur escarcelle. La création des GUS fait suite à «la montée de la délinquance et à l’apparition de nouvelles formes de criminalité». Lesquelles? Réponse: «Le Maroc comme le reste du monde est concerné par la recrudescence de certains faits violents». Sur les six premiers mois de 2004, la DGSN a enregistré quelque 149.392 crimes et délits, soit une augmentation de 1,1% par rapport à la même période de 2003. Sur ce total, 135.157 ont été traités. Sur les deux années, le taux de traitement avoisine les 91,96%. Les délits courants portent sur les affaires de mauvais voisinage, les chèques sans provisions, l’ébriété… Les GUS devront agir d’une façon homogène dans tous les quartiers pour stopper toute propagation de l’insécurité. Ils ont reçu une formation spéciale à l’Académie de police de Kénitra, axée sur la communication, l’évaluation du niveau d’insécurité, le secourisme, comment prendre en charge un véhicule…Le Maroc compte 45.000 policiers, répartis entre la Sécurité publique, la Police judiciaire et les Renseignements généraux. Cela fait donc un policier pour 333 habitants citadins, si on se base sur le recensement de 1994, où la population urbaine avoisinait les 51% (compte non tenu de bourgs devenus des villes mais restés sous la compétence de la gendarmerie). Il faut savoir que la Tunisie compte un policier pour cent habitants. Le Canada, lui, 531 habitants par policier, soit plus que le Maroc, vraisemblablement pour des raisons de couverture géographique ou de sécurité assurée par des bénévoles. Les GUS sont donc la vitrine et le test de la volonté de changer l’image du policier.


Déploiement progressif

Les GUS ont commencé sur Casablanca (3 GUS), Rabat (2 GUS) et Marrakech (1 GUS). Ce nombre sera progressivement augmenté pour atteindre 33 GUS à fin 2006 sur toutes les grandes villes. Un GUS est une unité homogène de 200 éléments, qui disposent de matériels roulants: 32 motos, 16 fourgonnettes, 8 jeeps Prados, 4 fourgons, 2 véhicules légers, tous équipés de poste radio. La DGSN mettra aussi en place à partir de 2005 un autre concept de sécurité: les postes de police de proximité, qui exerceront dans le cadre d’unités de police de quartier. Leur mission sera assurée 24h/24. 1.000 postes seront mis en place d’ici 2007 dans les grandes villes. Le tout comptant 12.000 policiers. Nadia LAMLILI------------------------------------------------------------(1) Dans le jargon militaire, un gus veut dire simple soldat. En langage familier et argotique, le terme signifie mec, type…

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc