×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Poids lourds : Les immatriculations en hausse en juillet

    Par L'Economiste | Edition N°:143 Le 01/09/1994 | Partager

    Le marché du poids lourd (camions, bus et autocars) a connu une nouvelle embellie à fin juillet 1994. La reprise des immatriculations s'est amorcée au mois de mars (+0,4%) pour devenir relativement plus nette à partir d'avril. Les ventes avaient en effet progressé de 12,2% à fin avril, 20,2% à fin mai et 17% au terme du premier semestre.

    A fin juillet donc, les ventes se sont améliorées de 14% par rapport à la même période de 1993 pour atteindre 2.132 unités. Les derniers chiffres de Scania n'ayant pas été communiqués au GPLC (Groupement Professionnel du Poids Lourds et de la Carrosserie), le nombre total de ventes peut être légèrement faussé. Mais, compte tenu de son faible taux de pénétration, le constructeur n'influe que très peu sur la tendance globale du marché. Après une baisse de 22,6% à fin juillet 1993 par rapport à 1992, le segment camions a totalisé 1.883 immatriculations, soit 174 unités (ou 10,2%) de plus qu'en 1993. Hormis les camions de 14 tonnes dont les ventes ont chuté de deux tiers à 30 unités, tous les autres tonnages ont vu leurs immatriculations progresser.

    Confirmant les prévisions des professionnels, le marché du 8 tonnes a favorablement réagi aux performances agricoles de cette année. Ce sont donc 1.119 unités qui ont été vendues à fin juillet contre 1.008 sur la même période de 1993. A ce rythme, la barre des 2.000 immatriculations prévues en début d'année par un revendeur pourrait être atteinte. Cela signifie que le segment des 8 tonnes devra vendre 881 véhicules supplémentaires entre août et décembre, ce qui correspond à une moyenne mensuelle de 176 unités.

    Les immatriculations de camions de 3,5 à 7,9 tonnes ont augmenté de 14,1% à 372 unités après une baisse de 31,4% à fin juillet 1993. Au même titre que les 8 tonnes, le niveau de ventes n'a toujours pas atteint celui de 1992 (475 unités).

    Les camions de 19 à 26 tonnes ont connu la plus forte hausse, soit 55% à 76 véhicules. En 1993, ils avaient accusé une chute de 52,4%.

    Les 38 tonnes, enfin, se sont vendus au nombre de 286 contre 236 et 242 à fin juillet 1993 et 1992 respectivement.

    La reprise des ventes a profité à toutes les marques à l'exception d'Isuzu dont les immatriculations ont reculé de 4,5% à 506 unités. La plus forte augmentation a concerné Renault (+35,1% à 358 unités) qui a amélioré de 3 points et demi sa part de marché (19%). Elle est suivie des marques suédoise Volvo (+13,8% à 256 unités) et japonaise Mitsubishi (+9,7% à 756 unités).

    Concernant les bus et autocars, 249 unités ont été immatriculées contre 162 en 1993 et 238 en 1992. Cette progression résulte de celle des autocars de tourisme de plus de 25 places (+36,7% à 30 unités), aux autocars de plus de 40 places (+73,9% à 80 unités) et enfin aux autobus, qu'ils soient de moins de 40 places (+75% à 49 unités) ou de plus de 40 places (+66% à 78 unités).

    H.E.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc