×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Poids lourds : Les 19 et 26 tonnes toujours les plus affectés par la crise

    Par L'Economiste | Edition N°:103 Le 11/11/1993 | Partager

    Sur les neuf premiers mois de l'année 1993, le cumul des ventes de camions a connu une baisse de 21,26%, soit 2.170 unités contre 2.756 sur la même période de référence 1992.

    Seuls Isuzu et Volvo ont été épargnés par ce recul des transactions. Selon les statistiques du Groupement du Poids Lourd et de la Carrosserie (GPLC), les ventes de camions de la marque Isuzu, qui occupe la seconde position sur le marché avec une part de 30,41% contre 22,86 en 1992, ont enregistré une hausse de 4,76%, soit 660 unités écoulées à fin septembre 1993.

    Avec 253 ventes, Volvo progresse de 11,95% et détient 11,66% du marché de camions.

    En revanche, la baisse a été particulièrement ressentie pour les marques Mitsubishi (-20,47%), Renault (-47,29%) et Bedford qui enregistre la plus forte chute (-92,86).

    Occupant encore le premier rang avec une part du marché de 41,89%, Mitsubishi a vu ses ventes reculer de 20,47%, avec 909 unités écoulées à fin septembre 1993 contre 1.143 au cours de la même période de 1992.

    Renault, classé en troisième position, détient 15,67% du marché des camions. Au cours du mois de septembre 1993, ses ventes chutent de 47,29% à 340 unités contre 645 pour la même période de 1992. Enfin, la plus forte régression continue à toucher les camions Bedford. Les ventes ont porté sur8unitéscontre 112en 1992.

    A l'exception des camions 14 tonnes (+3,30%) et 38 tonnes (+2,97%), il ressort de l'analyse des transactions de camions par tonnage que la baisse à concerné toutes les autres lignes. La plus forte régression a été enregistrée au niveau des camions de 19 et 26 tonnes avec 35,34% en septembre 1993. Sur les 75 unités écoulées, 35 sont de marque Volvo (-10,26%) dont le taux de pénétration est de 46,67% sur ce segment du marché. Les marques Mitsubishi et Renault s'inscrivent également en baisse de 54,29 et 42,86% avec respectivement 16 et 35 unités vendues.

    Les ventes de camions 8 tonnes, après une progression de 3,55% au cours des neuf mois de 1992 par rapport à la même période de 1991, accusent une baisse de 24,08% à 1.283 unités contre 1.690 en 1992. Les ventes des camions Isuzu ont enregistré une hausse de 10,85% à 572 unités contre 516en 1992. Ceci a permis à la marque de porter sur ce segment sa part de marché de 30,53 à 44,58%. Mitsubishi, qui occupe le second rang sur ce marché avec 40,22%, a vu ses ventes baisser de 21,10% à 516 unités contre 654 en 1992. Renault, avec une part de marché de 14,58%, a également vu ses ventes se rétrécir de 54,17 % à 187 unités contre 408 en 1992. Enfin, Bedford, dont les ventes se sont élevées à seulement 8 unités, a accusé une baisse de 92,86%.

    Les ventes des véhicules utilitaires légers (entre 3,5 et 7,9 tonnes), ont régressé de 25,25% à 441 unités contre 590 pour la même période de 1992. La plus forte baisse a été enregistrée au niveau de Renault (-68,12%), suivie de Isuzu (-22,81%) et Mitsubischi (-18,67%).

    Par ailleurs, concernant les autobus et les autocars, les transactions cumulées à fin septembre 1993 ont atteint 226 unités contre 308 à la même période de 1992, soit une baisse de 26,62%. Sur ce marché, la marque Renault occupe toujours la première place avec une part de 42,04%, suivie de Volvo (27,43%3, DAF (26,55%),1suzu (2,21%).

    S'agissant des autocars de tourisme, les ventes se sont établies à 45 unités, en baisse de 22,41% par rapport à la même période de 1992. Les transactions ont essentiellement concerné les autocars de plus de 25 places avec 45 unités, dont 35 pour Volvo, 7 pour Renault, 2 pour DAF et 1 pour Mitsubishi. Pour les autocars de 25 places et moins, seule une transaction a été réalisée par la marque Renault.

    De leur côté, les ventes des autocars de transport public ont atteint 97 unités contre 147 en 1992, soit une baisse de 34,01%, la plus forte baisse du marché des autocars et des autobus. Dans la catégorie des moins de 40 places, sur les 27 autocars vendus, 14 sont de marque Volvo, 11 de Renault et 2 d'Isuzu. Sur les 70 ventes d'autocars de plus de 40 places,33 transactions ont été réalisées par DAF, 19 par Renault, 13 par Volvo, 3 par Scania et 2 par Mitsubishi.

    Enfin, les transactions des autobus se sont élevées à 86 unités en septembre 1993, en baisse de 16,50% par rapport à la même période de 1992. Les ventes d'autobus de moins de 40 places se sont établies à 35 unités. Celles-ci sont reparties entre Renault avec 25 unités, DAF avec 8 et Isuzu avec 2. S'agissant des transactions des autobus de plus de 40 places, elles se sont établies à 51 unités, soit un recul de 31,08%. Sur ce segment, Renault continue à occuper la première place avec une part de marché de 62,75% pour 32 transactions en 1993. Avec 17 unités vendues, DAF conserve sa seconde position avec 33,33%. Mitsubishi (une transaction) et Isuzu (une transaction) se partagent toujours la troisième place avec 1,96% de part de marché.

    M.O.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc