×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Courrier des Lecteurs

Poids lourds: Le marasme persiste

Par L'Economiste | Edition N°:83 Le 10/06/1993 | Partager

Au cours des quatre premiers mois de l'année, les ventes de camions ont reculé de 24,8% à 1.074 unités contre 1.429 au titre de la même période de 1992. A l'exception des marques Isuzu et Volvo, toutes les autres marques de camion mises sur le marché ont subi cette baisse. Mitsubishi, qui reste toujours leader avec une part de marché de 41,7% au lieu de 43,1% en 1992, a vu ses ventes baisser de 27,3% à 448 unités.

Les utilitaires plongent

A fin avril 1992, 616 camions Mitsubishi avaient été écoulés, soit une augmentation de 67,4% par rapport à la période équivalente de 1991. Isuzu, qui détient près de 30,3% du marché contre 18,6% en 1992, a amélioré ses ventes de 22,2% par rapport à 1992 pour les porter à 325 unités. Les ventes de camions Renault, classés troisième avec un taux de pénétration de 14,8% au lieu de 23,9% en 1992, ont été divisées par deux (53,5%), atteignant 159 unités après une hausse de 39% en 1992. Avec 134 ventes, soit 12,5% du marché, Volvo a enregistré une progression de 17,5%. La plus forte baisse (91,2%) a concerné les camions Bedford dont les ventes se sont établies à 8 unités contre 91 en 1992.

De l'analyse des ventes de camions par tonnage, il ressort par ailleurs que toutes les lignes ont été touchées par la baisse enregistrée à fin avril. Ainsi, les ventes de véhicules utilitaires légers (entre 3,5 et 7,9 tonnes) ont plongé de 35,3% à 207 unités au lieu de 320 en janvier-avril 1992. Ce plongeon est d'autant plus alarmant que le taux de progression avait atteint pour la période considérée 117,7% en 1992 sur 1991. Pour Mitsubishi comme pour Renault, les ventes ont marqué un recul. Il est de 35,5% pour Mitsubishi qui détient l'essentiel du marché (77,3%) et de 65,8% pour Renault (6,8%). Le reste de ce segment de marché revient à Isuzu dont les transactions ont progressé de 6,4% à 33 unités, soit près de 16% du marché. Après une progression de 21,3% au cours des quatre premiers mois de 1992 par rapport à la même période de 1991, les ventes de camions de 8 tonnes ont fléchi de 23,6% à 643 unités en 1993. Malgré une baisse de 19,5% de ses ventes, Mitsubishi a porté sa part de marché à 39,7% au lieu de 37,6% en 1992. Les ventes de camions Isuzu, qui ont représenté 45,4% du total des camions de 8 tonnes, se sont élevées à 292 unités, soit une augmentation de 24,2%. Renault, qui arrive en troisième position avec une part de marché de 13,7% au lieu de 23,6% en 1992,a vu ses ventes reculer de 55,8% à 88 unités. Pour Bedford, dont les ventes n'atteignent pas 2% du total, la baisse a été de 91,2%. Les ventes de camions de 14 tonnes ont reculé de 25% à 45 unités après une hausse de 253% en 1992. Ce recul est dû à Renault dont les ventes ont régressé de 43% à 24 unités. Mitsubishi, qui se partage le marché avec Renault (47 et 53% respectivement), a en revanche amélioré ces ventes de 16,7% à 21 unités.

Le 38 tonnes se maintient

Les transactions portant sur les camions entre 19 et 26 tonnes ont diminué de 43,5% à 35 unités contre 62 en 1992. Sur ce segment du marché, les marques Mitsubishi et Renault ont toutes deux accusé une baisse.

Celle-ci est de 84,2% à 3 unités pour Mitsubishi dont la part de marché est tombée de 30,7% en 1992 à 8,6% cette année, et de 50% à 11 unités pour Renault. S'agissant des camions de 38 tonnes enfin, 144 ventes contre 145 à fin avril 1992 ont été enregistrées. Il s'agit pour la plupart de camions Volvo (78,5%) et Renault (15,3%), le reste revenant à Mitsubishi.

Pour ce qui est des autobus et autocars, les ventes cumulées à fin avril ont concerné 75 unités contre 133 un an plus tôt, soit une détérioration de 42,9%. Sur ce marché, la marque Renault occupe la première position (65,8%) devant Volvo (19,8%), Daf (9,2%) Scania (3,9%) et Isuzu (1,3%)

S'agissant des autocars de tourisme, les ventes, 17 au total, ont régressé de 34,6%. Elles concernent toutes les cars de plus de 25 places (14 pour Volvo, 2 pour Renault et 1 pour Daf). Aucun car de moins de 25 places n'a été donc commercialisé au cours de la période considérée.

Les ventes d'autocars de transport public se sont chiffrées, elles, à 26 unités: 5 autocars (Renault) de moins de 40 places et 21 de plus de 40 places. Ces 21 autocars sont pour la plupart de marques Renault (11) et Daf (6), Volvo et Scania ayant vendu chacun une unité.

Pour ce qui est des ventes d'autobus enfin, 33 unités dont 12 de moins de 40 places et 21 de plus de 40 ont été commercialisées à fin avril. Sur ce segment du marché des poids lourds, Renault détient le leadership avec 100% pour les autobus de moins de 40 places et 95,3% pour ceux de plus de 40.

Hakima EL MARIKY

Ventes de poids lourds à fin avril 1993


Gammes

Janvier-avril 1992

Janvier-avril 1993

Variation en %

Camions (t)
3,5 à 7,9
8
14
19 à 26
38

320
842
62
62
145

207
643
45
35
144

-35,3
-23,6
-25
-43,5
-0,7

Autobus
- de 40 places
+ de 40 places

18
45

12
21

-33,3
-53,3

Autocars
25 places et moins
+ de 25 places
- de 40 places
+ de 40 places

0

26
0
44

0

17
5
21

-

-34,6
-
-52,3

Sources: GPLC



Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc