×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Courrier des Lecteurs

Poids lourds à fin Juillet : Le camion dans l'attente de financement

Par L'Economiste | Edition N°:46 Le 24/09/1992 | Partager

De Janvier à Juillet 1992, le nombre des camions vendus a été de 2.319 unités contre 2.130 pour la même période de l'année précédente soit une hausse modeste de 8,87%.

Le segment des 19 à 26 tonnes, avec 103 unités vendues, marque une forte baisse, -16,26%. Les tracteurs routiers sont, également, en baisse puisque les ventes n'ont totalisé que de 242 unités contre 257 pour la même période de l'an passé. Pour ce segment, la marque Volvo détient 71,07% du marché, suivie de RVI qui totalise 21,49%. Par contre, le segment des 14 tonnes a connu une augmentation de 230%. Cependant, le nombre des ventes dans cette catégorie demeure modeste puisqu'il n'est que de 86 unités.

Le segment des 3,5 à 7,9 tonnes a enregistré, quant lui, une hausse de 33,05% avec 475 camions vendus. Le segment des 8 tonnes n'a connu qu'une faible augmentation de 3,37%. II représente cependant, le nombre le plus important de camions vendus soit 1.413 unités. Pour ce segment, c'est la marque Mitsubishi qui détient la part la plus importante du marché, soit 38,85%, suivie d'Isuzu avec 28,03% puis de RVI 25,27%. Trois facteurs essentiels sont avancés par les professionnels pour expliquer la morosité du marché. Premièrement, il s'agit de la faiblesse des résultats de la campagne agricole qui n'a été que "d'un tiers par rapport à l'année dernière".

Deuxièmement, le manque de moyens financiers bloque tout investissement potentiel. Enfin, l'approche des élections crée un climat d'attentisme, "les industriels étant beaucoup plus occupés par les élections que par l'équipement de leurs sociétés", explique un dirigeant de société.

Les ventes des bus et des autocars, quant à elles, marquent une chute. Celle-ci est de Janvier à Juillet de 49,38%. Le nombre d'unités vendues n'a été que de 162 contre 320 pour la même période de l'an passé.

La plus forte baisse a été enregistrée dans le segment des autobus, -56,79%, totalisant, de Janvier à Juillet 1992, 39 unités vendues contre 97 unités pour la même période de l'an passé. De même, les ventes du segment des autocars interurbains sont en baisse de 56,86%, puisqu'elles n'ont été que de 56 unités contre 128 pour la même période de l'an passé.

Seul le secteur des cars de tourisme a connu une évolution positive de +13,64%, en totalisant 25 unités vendues. Toutefois, même si le secteur touristique a connu une reprise cette année, ses commandes demeurent encore limitées. "Les rentrées d'argent cette année serviraient à éponger les pertes de l'an dernier". Les professionnels de poids lourds ne s'attendent à une véritable reprise des ce segment qu'en 1993. Le marché des bus et autocars est partagé entre la marque Volvo qui détient la part la plus importante 33,95%, Isuzu, 24,69%, RVI 17,90% puis DAF,18,52%.Mitsubishi et Bedford ne détiennent chacun qu'une faible part: 2,47%.

L.T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc