×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Poids lourds: +11,5% en octobre

    Par L'Economiste | Edition N°:159 Le 22/12/1994 | Partager

    Le marché du poids lourd se porte beaucoup mieux que celui des voitures particulières et commerciales. A fin octobre, les membres du GPLC (Groupement Professionnel du Poids Lourd et de la Carrosserie) ont écoulé 2.989 véhicules contre 2.680 au titre de la même période de 1993, soit une progression de 11,5%.

    Le segment camions a enregistré 2.622 immatriculations, en hausse de 9,1% sur 1993. En dépit de cette amélioration, les ventes ne dépassent toujours pas le niveau atteint à fin octobre 1992 (2.923 unités). Comme pour les mois précédents, les immatriculations de camions de 14 tonnes continuent de baisser (65% à 34 unités). D'ailleurs, le seul mois d'octobre n'a enregistré aucune vente. Les autres tonnages ont en revanche varié à la hausse.

    Les ventes de camions de 8 tonnes, qui représentent l'essentiel du marché, ont ainsi progressé de 11,6% à 1.567 unités, dont 631 Mitsubishi et 590 Isuzu. Avec 536 immatriculations, les camions de 3,5 à 7,9 tonnes ont marqué une amélioration de 7,4%. Concernant les camions de 19 à 26 tonnes, les dix premiers mois de l'année ont affiché un accroissement de 32,1% pour atteindre 107 unités après une chute de 35,2% en 1993. Les ventes de camions de 38 tonnes, enfin, se maintiennent encore (+17,8% à 378 unités).
    Sans distinction de tonnage, la majorité des immatriculations portent toujours sur des véhicules japonais: 1.065 (ou 40,6%) pour Mitsubishi et 715 (ou 27,3%) pour Isuzu.

    Pour sa part, le segment bus et autocars a affiché une progression de 32% à 367 unités, contre 278 en 1993 et 325 en 1992. Cette progression résulte en grande partie de l'amélioration des immatriculations d'autobus. Ainsi, pour les autobus de moins de 40 places, les ventes sont passées de 32 unités en 1993 à 68 cette année et pour ceux de plus de 40 places, elles se sont établies à 134 unités contre 66 en 1993. Les autocars de plus de 40 places, ont également connu une hausse de leurs ventes (+21,4% à 108 unités) alors que ceux de moins de 40 places ont diminué (-85,2%).

    Hakima EL MARIKY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc