×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Emploi et Carrière

    PME: Des programmes d’aide prêts à l’emploi

    Par L'Economiste | Edition N°:3516 Le 26/04/2011 | Partager
    Moussanada, Imtiaz, Infitah… comment ça marche?
    L’Anpme lance une campagne de promotion

    Les programmes de l’Anpme apportent une aide, une expertise pour que l’entreprise puisse acquérir les process, dans le but d’améliorer sa productivité

    Moussanada, Imtiaz, Infitah, Rawaj, Inmaa… Beaucoup d’entreprises ne savent pas comment s’y retrouver dans cette panoplie de programmes d’aides aux PME. Résultat, ils restent sous utilisés, les entrepreneurs ne sachant pas à qui cela s’adresse et dans quelles conditions.
    Pour ce qui est, tout d’abord, de la définition de la PME, «en l’absence d’un identifiant unique des entreprises, on sera toujours dans l’approximatif», signale l’Agence nationale de la PME (Anpme). Agence qui d’ailleurs travaille actuellement sur la redéfinition de la PME. Il a été procédé à des benchmark tout en tenant compte de la réalité locale. La décision a été prise de retenir un seul paramètre, celui du chiffre d’affaires. Cette définition a été appliquée à l’ensemble des programmes du ministère de l’Industrie. Une PME réalise un chiffre d’affaires allant jusqu’à 175 millions de dirhams, avec 3 niveaux la très petite, la petite et la moyenne entreprise. Une définition également partagée avec les banques, le ministère des finances…
    L’agence, comme elle le précise, essaie d’établir des programmes prêts à l’emploi, adaptés à tous les secteurs d’activité et d’établir aussi des programmes spécifiques attelés aux process. Par exemple, le secteur textile a son Moussanada cœur de métier. Les programmes sont en fait des bonnes pratiques, qui ont fait leur preuves ailleurs.
    Quelle démarche pour s’inscrire dans un programme? Pour Imtiaz, il faut s’adresser à sa banque. Pour les autres programmes, s’adresser à l’Anpme ou les délégations régionales du ministère du Commerce et de l’Industrie. La seule garantie est la qualité du projet, le business plan, la qualité de la personne qui porte le projet. L’Anpme a défini sa propre grille d’évaluation. Une grande partie concerne la situation de l’entreprise (sur 30), le projet (sur 50), et l’impact économique et sociale (sur 20). Pour Imtiaz, un comité public-privé -composé du ministère du commerce, des Finances, l’Anpme, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) - valide les choix.
    Imtiaz vise les entreprises nationales à fort potentiel de croissance qui sont porteuses de projets de développement et nécessitant un appoint financier pour accéder au crédit bancaire. Celles qui sont sélectionnées bénéficient d’une prime à l’investissement qui complète le montage financier de leur projet. Cette prime est de 20% du montant de l’investissement avec un plafond de 5 millions de DH. L’objectif est de retenir 50 entreprises par an. Ce sont 33 contrats de croissance signés d’un investissement total de 666,4 millions de DH, la prime Imtiaz s’élevant à 113,15 millions. Ces contrats ont concerné le secteur du textile/habillement, imprimerie, chimie, IMME, offshoring, agro-industrie, cuir, artisanat. ce sont 23 contrats à Casablanca, 3 à Rabat, 3 à Mohammedia, 1 à Marrakech, 2 à Fès et 1 à Témara
    Moussanada, ce sont aujourd’hui 283 PME bénéficiaires pour un objectif de 500. Il consiste en la mise en place d’un programme d’accompagnement pour la mise à niveau de la PME à travers l’achat d’expertise et la mise en place de systèmes d’information. Le programme consiste en une liste de prestations pré-définies par secteur.
    Infitah ou permis numérique s’adresse aux TPE. Il vise la mise en exergue des bénéfices de l’usage des TI et leur impact sur le développement des activités de l’entreprise. Des séances d’initiation aux TI sont offertes aux TPE. Les entreprises bénéficiaires se voient octroyer un permis numérique leur ouvrant droit à un pack TI (ordinateur portable, connexion internet à un prix subventionné) et un guide d’achat promotionnel comprenant des offres avantageuses en matière d’équipements et de solutions informatiques. L’objectif est de délivrer 10.000 permis d’ici 2013.
    Avec Inmaa, l’objectif est la mise en place autour d’un concept d’usine modèle qui va combiner des process et assemblage. Il s’agit d’une impulsion complémentaire aux programmes déjà existants et massification de l’effort pour une mutualisation des ressources (experts).
    Des représentants d’entreprises passeront 2 jours par mois pendant 6 mois dans l’usine et apprendront les modules qui améliorent la productivité.


    Sortir les PME de leur isolement


    Les failles de nos PME sont connues. Tissu diversifié, capacité à s’adapter mais aussi de par leur nature et structure, ces entreprises sont fragiles. Leurs ressources financières, humaines, leur capacité d’absorber toutes les nouveautés réglementaires et technologiques… tout cela fait que les PME subissent le marché au lieu de le façonner.
    La PME, c’est aussi un patron qui fait tout. «L’un des grands inconvénients de la Pme ou du patron de la PME est l’isolement. La taille n’a jamais été un inconvénient en soi», souligne l’Anpme. En effet, l’absence de la culture du réseau, du consortium, de l’associatif dans lesquels les Pme peuvent se rencontrer pour échanger entre elles nourrit cet isolement. Et c’est là où s’inscrivent les programmes du ministère, celui d’apporter des outils qui permettent de caser cet isolement et avoir des experts à ses côtés.


    J.K

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc