×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Plus de billet d’avion en papier dans deux ans

Par L'Economiste | Edition N°:2183 Le 30/12/2005 | Partager

. Une économie de 3 milliards de dollars par anLe bon vieux billet d’avion en papier n’a plus au maximum que deux ans à vivre avant d’être définitivement remplacé par le ticket électronique, au terme d’une évolution qui doit faire économiser des milliards aux compagnies aériennes.Au jour d’aujourd’hui, 38% des billets vendus dans le monde le sont via l’Internet et l’Association internationale du transport aérien (Iata) souhaite que ses 265 compagnies membres atteignent le chiffre de 100% d’ici deux ans au plus tard.«Cet objectif est une obligation. Chaque année, nous imprimons environ 350 millions de billets. Nous n’en imprimerons plus un seul courant 2007», assure  Giovanni Bisignani, le directeur général de l’Iata, dont les compagnies assurent environ 90% du trafic mondial de passagers.La disparition du support papier doit permettre à elle seule au secteur d’économiser trois milliards de dollars par an, tandis que la généralisation de l’électronique pour l’enregistrement des passagers ou le traitement des bagages et du fret rapporterait encore plus.«Il ne s’agit pas de technologies révolutionnaires, de quelque chose qu’il faudrait encore inventer: ce sont des technologies qui existent déjà», rappelle Bisignani. «Elles permettront d’économiser 6,5 milliards de dollars par an et rendront le voyage plus agréable à nos passagers».A l’avenir, l’Iata espère voir disparaître les files d’attente aux comptoirs d’enregistrement, tandis que l’apparition des vignettes électroniques collées sur les valises devraient réduire le nombre de bagages perdus.La réservation directe a modifié le paysage commercial pour les compagnies aériennes établies, en butte à la concurrence de leurs rivales à bas coût. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc