×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Plus de 80.000 logements menacent ruine

Par L'Economiste | Edition N°:1744 Le 09/04/2004 | Partager

. C'est le dernier chiffre depuis l'enquête 2000. La majorité sont des maisons marocaines modernes. 90.000 ménages seraient concernés LEUR angoisse est quotidienne. Des familles entières vivent dans la terreur de voir s'écrouler un jour leur maison. Certaines fuient et élisent domicile ailleurs, abandonnant ces constructions qui risquent de s'effondrer et deviennent souvent de véritables dépotoirs, gênant les habitations mitoyennes et nuisant à la qualité de l'environnement.Les derniers chiffres sur le phénomène de l'habitat menaçant ruine remontent à l'année 2000. Une enquête avait été effectuée suite au sinistre de Hay Hassani à Fès, qui avait fait sept morts.D'après cette enquête, 80.000 logements seraient concernés par ce phénomène, sans compter les bidonvilles et l'habitat de type rural, 90.000 ménages selon les estimations. La majorité de ces logements (plus de 55.000) sont des maisons marocaines modernes. Un peu moins de 18.000 se trouvent dans les anciennes médinas et le reste dans des immeubles. Selon ces données, l'âge du bâtiment n'est apparemment pas déterminant puisque les maisons marocaines modernes sont âgées pour 77,2% d'entre elles de moins de 30 ans. Pour réaliser son enquête, le ministère de l'Habitat avait mis en place des commissions regroupant l'autorité locale, les conseils municipaux, la santé publique, la protection civile, les directions régionales et délégations préfectorales et provinciales de l'Habitat et l'agence urbaine. La méthode de recensement utilisée étant le constat visuel, “ce dénombrement est donc à relativiser”, notent les auteurs du rapport. Il faut donc croire que les chiffres sont beaucoup plus gros. Les constructions menaçant ruine se localisent essentiellement dans deux principales formes du tissu urbain: les médinas et les quartiers d'habitat non réglementaire. “Les risques d'effondrement sont dus à la vétusté des habitations et des réseaux, à des structures défaillantes, au manque d'entretien et à la surexploitation des espaces”, souligne le rapport. Les risques sont également dus à des sites non appropriés (versants argileux, pieds de falaise…) ou à des modes de construction ne respectant pas les normes techniques en vigueur. Très souvent, les pouvoirs publics n'agissent qu'après des événements tragiques. “Il est nécessaire d'établir une stratégie d'intervention basée sur un programme d'action à court terme, parallèlement à une politique de prévention”, notait le rapport de l'Habitat. . Stratégie de communicationAujourd'hui, quatre ans après l'enquête sur le logement, le ministère concocte une stratégie de communication-information à destination des communes, habitants et tâcherons. Mieux vaut tard que jamais! Cette sensibilisation porte sur les dangers engendrés par ces constructions sur la sécurité des habitants, les règles techniques minimales à respecter. Elle porte aussi sur les méthodes d'intervention pour consolider et conforter ce type de constructions et les modalités pratiques d'actions à mettre en oeuvre. Pour l'instant, cette campagne en est au stade de la finalisation des outils de communication (spots TV, affiches, documents pédagogiques de vulgarisation). Date de démarrage? “Le plus tôt serait le mieux”, indique un responsable du ministère de l'Habitat sans donner plus de précisions. Le ministère est également en train de définir un programme d'intervention prioritaire, visant, à terme, le relogement des ménages résidant dans des constructions devant obligatoirement être évacuées et démolies. Le nombre de ces ménages est estimé à près de 15.000. La rénovation des constructions nécessitant des travaux pour la consolidation de leur structure et l'amélioration de leur état de confort technique concerne, selon les estimations, près de 75.000 ménages. “Ce programme est en cours de montage institutionnel et financier. On n'en saura pas plus. N. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc