×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Culture

    Pleins feux sur le jardin de Majorelle

    Par L'Economiste | Edition N°:2649 Le 12/11/2007 | Partager

    . Un beau livre pour rendre hommage au peintre orientaliste. Une coédition maroco-française CRÉÉ dans les années 30, le célèbre jardin de Majorelle continue de séduire, de captiver et d’ensorceler les visiteurs. Depuis peu restauré par ses deux acquéreurs Pierre Bergé et Yves Saint Laurent, le jardin garde aujourd’hui tout son éclat et sa beauté a même été rehaussée par la présence de pots de couleurs vives. Aujourd’hui, les deux créateurs de la célèbre maison de couture française habitent l’ancienne villa de Majorelle et maintiennent le jardin ouvert au public. Afin de rendre hommage à Majorelle, grand amoureux de la nature et du Maroc et peintre orientaliste talentueux, Malika Editions et Imprimerie Nationale Editions viennent de faire paraître en France et au Maroc un ouvrage sur son jardin. Il contient plus d’une centaine de photographies, qui mettent en valeur le bleu de cobalt intense et éclatant choisi par Majorelle, aujourd’hui connu sous le nom de «bleu Majorelle», ainsi que les effets de lumière et d’ombre, apportant une grande magie au lieu. Ces photographies sont l’œuvre de Claire De Virieu, photographe qui parcourt le monde de jardin en jardin, et dont le travail fait régulièrement l’objet d’expositions au niveau international. L’ouvrage contient aussi du texte, en illustration des visuels. Ecrit par Pierre Bergé, nouveau copropriétaire du jardin et président de la fondation Les jardins, ce texte revient sur la vie de Majorelle et l’historique du jardin. «Yves Saint Laurent et moi sommes tombés amoureux de ce petit jardin mystérieux, peint aux couleurs de Matisse, enfoui dans une forêt de bambous, silencieux et protégé du bruit et du vent. Des années plus tard, nous sommes entrés en possession de ce joyau et avons entrepris de le sauver», témoigne Pierre Bergé en début d’ouvrage. Et d’ajouter que «le jardin est conçu, composé et coloré comme un tableau. Avec ses couleurs, ses verts glacés, ses jaunes acides et ses bleus profonds, il fait penser immédiatement à Matisse et donne l’impression de se trouver au centre même d’un de ses tableaux». Madison Cox a également contribué à l’écriture du texte. Il est paysagiste et auteur de plusieurs livres sur les jardins. «Le jardin de Majorelle figure parmi les plus enchanteurs de ce siècle. Créé en l’espace de quarante ans, l’ensemble, entouré de murs, consiste en un labyrinthe d’allées et de niveaux, de bâtiments mauresques et de style Art déco aux couleurs hardies, tout cela dans un gigantesque amoncellement de plantes et d’arbres exotiques provenant des contrées les plus lointaines», affirme-t-il.Quand Majorelle a acheté le terrain en 1924, ce n’était qu’une zone aride, battue par les vents, où ne poussaient que quelques palmiers locaux. En l’espace de 40 ans, il a complètement métamorphosé le paysage. Bougainvilliers, bambous, chèvrefeuilles, agaves, aloe, ainsi qu’une grande variété de cactus et de palmiers venant d’un peu partout dans le monde contribuent à donner au jardin une atmosphère paisible et unique. L’eau, élément primordial dans tous les jardins islamiques, est omniprésente. La présence de canaux, d’une fontaine jaillissante et d’un vaste bassin empli de nénuphars et de lotus donnent aussi au lieu une ambiance de sérénité et de fraîcheur. Nadia BELKHAYAT

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc