×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Plateforme logistique
    La région Fruili Venezia Giulia fait sa promo
    De notre envoyé spécial à Trieste, Morad EL KHEZZARI

    Par L'Economiste | Edition N°:2122 Le 04/10/2005 | Partager

    . Le Maroc parmi les cibles potentielles. Une infrastructure de transport caractérisée par son intermodalité De par sa position géographique à l’intersection du corridor transeuropéen et celui de la mer Adriatique, et son dense réseau de transport maritime et routier, la région de Fruili Venezia Giulia est une sorte de grande plateforme logistique. Ses avantages en termes de fluidification et de promotion des échanges commerciaux du bassin méditerranéen étaient au centre des travaux du Workshop auquel L’Economiste a été invité, et qui s’est tenu à Trieste (nord d’Italie), les 27 et 28 septembre. L’importance de la région en tant que point de connexion entre différentes régions d’Europe et d’Asie a été soulignée d’emblée par Antonio Paoletti, président de la Chambre de commerce de Trieste. «La région, située entre le nord-est d’Italie, l’Autriche et la Slovénie, avec une fenêtre ouverte sur la Méditerranée est un véritable pont entre cultures, langues et produits de l’est et l’ouest de l’Europe et cette dernière et l’Extrême-Orient via le canal de Suez». Celle-ci est appelée, selon lui, à jouer un rôle stratégique dans les années à venir, suite à l’élargissement de l’Union européenne mais aussi à l’intensification des échanges commerciaux entre l’Europe et l’Asie, notamment la Chine. D’où l’intérêt de la réflexion sur les moyens d’internationaliser la plateforme de la région Fruili Venezia Giulia. «A priori, son infrastructure la prédispose à jouer le rôle de plateforme internationale», assure Roberto Dipiazza, maire de Trieste. Disposant d’un système intégré de voies routières, ferroviaires et maritimes, la région se prévaut du caractère intermode de son réseau de transport pour promouvoir sa vocation de plateforme logistique. Au cœur du système, se trouve le port de Trieste qui fait partie d’un corridor reliant cinq ports de Lisbonne à Kiev. Doté d’une capacité de stockage d’environ 730.000 tonnes et d’une longueur de quais de 15.000 mètres, le port est capable de recevoir les plus gros cargos et de se connecter à un réseau ferroviaire et autoroutier de grande envergure. Le port constitue un point de passage incontournable pour les camions en provenance de Turquie principalement. Il est, de plus, relié à Salzburg par dix-huit navettes de trains hebdomadaires réalisant une valeur de transport de marchandises de 2 millions d’euros par an chacun. En 2004, le total des camions transitant par le port de Trieste a atteint 230.000 unités. Le réseau autoroutier participe dans une large mesure à la dynamique que connaît la région de Fruili Venezia Giulia. Faisant partie du corridor reliant Lisbonne à Kiev, il couvre 147 km et se trouve connecté à toutes les directions à partir de l’axe Venise-Trieste. Un des points d’accès et de sortie du réseau est situé à proximité de l’aéroport de la région ( Ronchi dei Legionari) qui peut recevoir tous types d’avions grâce à des pistes d’une longueur de 5,4 km. La plateforme est une opportunité pour le Maroc pour développer ses échanges avec les pays de l’Europe de l’Est et d’Asie, mais surtout une leçon dans l’organisation et la promotion d’une plateforme logistique.


    Casablanca en ligne de mire

    Quoique les échanges commerciaux entre Casablanca et de Trieste demeurent insignifiants, les autorités de la ville Italienne manifestent un vif intérêt pour la capitale économique du Royaume. Ainsi, un accord a été signé entre les deux parties au début de l’année 2005 afin de donner une nouvelle impulsion à leurs échanges économiques et culturels. Dans ce cadre, une attention particulière a été accordée aux échanges d’expériences pour la promotion de la femme chef d’entreprise. Un autre volet de coopération que Paoletti considère comme «fondamental» est le bâtiment. A ce titre, des entreprises de la ville de Trieste se penchent actuellement sur un projet de construction de logements sociaux à Casablanca.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc