×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Piratage informatique: Nouvelle condamnation

Par L'Economiste | Edition N°:1740 Le 05/04/2004 | Partager

. Il s'agit de Malak Technologie, revendeur de logicielsUNE nouvelle société vient d'être condamnée pour piratage informatique. La Cour d'appel de commerce de Casablanca a rendu un arrêt à l'encontre du revendeur de logiciels Malak Technologie, sis à Casablanca. Cet arrêt vient confirmer un premier jugement ordonnant à la société de cesser l'installation de copies illicites de logiciels dans les ordinateurs destinés à la vente. Au total, sept sociétés ont été condamnées pour piratage, selon la Business Software Alliance (BSA). Il faut savoir que le procés de Malak Technologie a démarré en janvier 2002 après que le constat d'illégalité ait été établi en janvier 2000.L'éditeur de logiciels Microsoft, membre de l'association des éditeurs de logiciels Business Software Alliance (BSA) a en effet obtenu une ordonnance afin de faire constater l'installation de logiciels illicites. Constatation confirmée par l'huissier de justice et l'expert. Selon la BSA, la condamnation a porté sur les points suivants:le paiement de dommages et intêrets reversés à Microsoft, couplé avec une cessation définitive des actes de piraterie. A cela s'ajoutent une astreinte pécuniaire qui s'élève à 500 DH par jour de retard ainsi que la publication du jugement dans deux journaux nationaux, en langues arabe et française.Il faut savoir que Malak Technologie n'a pas versé la somme des montants des dommages et intêrets ordonnés par le Tribunal. Une saisie des biens mobiliers ainsi qu'une expertise ont été effectuées, et ce afin de procéder à la fixation de la vente aux enchères .Il est à noter que près de 58% des logiciels utilisés au Maroc sont des copies piratées, ce qui entraîne des conséquences néfastes pour le pays, en l'occurrence un manque à gagner direct ( environ 60 millions de Dh chaque année). Il faut ajouter à cela l'impact sur les canaux de distribution ainsi que les prestataires de service et les consommateurs. Hicham ESSAOURI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc