×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Pilier de l'architecture marrakchie : Charles Bocara: "L'architecte compose, il n'invente rien!"

Par L'Economiste | Edition N°:67 Le 18/02/1993 | Partager

Les architectes ont depuis toujours composé, ils n'ont jamais rien inventé. C'est en se basant sur ce principe que Charles Bocara a répondu, non sans ironie parfois, aux multiples questions de ses confrères, posées à l'occasion du redémarrage du cycle "Architecte/Architecture" le 13 Février(*).

Contrairement à l'année précédente, les organisateurs ont fait appel au soutien financier des entreprises. Les établissements MAFEC, spécialisés dans la fabrication et la commercialisation de chauffe-eau électriques, ont été les premiers à répondre favorablement.

A propos de question mais cette fois se rapportant à ses réalisations, il précise que "l'intelligence de la question est bien plus importante que le talent de la réponse". Il suffit, affirme-t-il en substance, de se dire "je vais réaliser tel ouvrage pour que les utilisateurs s'y sentent bien, y vivent bien, pour accomplir une réalisation agréable qui fonctionne bien". Bien sûr chaque architecte concevra la chose à sa façon.

Style arabo-médiéval

Provoqué par un de ses confrères sur le fait que ses réalisations appartiennent au style arabo-médiéval, et qu'on n'y voyait pas ce que Bocara a apporté pour se démarquer et se placer au 20éme siècle, l'invité n'en semble pas le moins du monde touché. Il se contente d'expliquer qu'il n ' est pas du "train de la révolution" et qu'il ne va pas davantage contribuer au nouveau langage.

Ce qu'il reproche au courant moderniste, c'est à la fois son arrogance et sa brutalité. Mais depuis quelque temps, corrige-il, "j'ai vu des réalisations un peu plus douces".

Pour comprendre la réponse, il suffit de s'attarder sur le parcours de l'architecte désormais Marrakchi.

Charles Bocara est né en Tunisie. Il arrive au Maroc à l'âge de six ans et y effectue ses études primaires et secondaires. Il intègre ensuite l'Ecole des Beaux-Arts. De 1959 à 1960, son premier contact avec l'enseignement de la matière lui permet d'apprendre les grands ordres, les grands ordonnancements. C'est le passage obligé pour acquérir un certain vocabulaire.

Monopole

Il ne s'est installé à Marrakech qu'en 1970. Ce fut alors la période de la liberté. "Je jouissais d'un monopole, j'étais l'architecte de Marrakech". Il associe ce monopole à la notion de "mâalem". Mais reconnaît avoir produit de façon "gloutonne" et avec une certaine douleur. Cette espèce de furie "d'inventer" ne lui réussissait pas tellement. "J'avais pendant plus de dix ans produit une maison avec une façade, bonne ou mauvaise".

C'est à ce moment qu'il découvre la médina avec cette maison arabe qui fonctionne et où les familles vivent bien.

Le patio qu'il qualifie de "centre des énergies" comprend un sol à soi, un bout de ciel à soi. Le patio placé au centre et quatre, trois, deux, une, voire aucune pièce, est défini par l'architecte comme un Ryad d'accueil avec quatre murs, un sol et un ciel.

A propos de la décoration, il explique qu'à Paris ou à Londres, lorsque le gros-oeuvre est achevé, le papier-peint constitue la touche finale. A Marrakech, l'essentiel du travail commence à ce moment précis.

Depuis, il a opté pour une architecture "néo-traditionnelle", reprenant toutes les caractéristiques de la maison fassie ou marrakchie, à savoir le patio, les coupoles, les fenêtres longues et étroites. Bien entendu le tout est réactualisé et comporte cette touche de baroque colonial.


(*) Le Conseil Régional de Casablanca et la Région du Centre, et plus précisément sa Commission Culturelle, a relancé pour 1993 le cycle "Architecte/ Architecture". Le prochain invité sera M. René Deneux qui exerce à Rabat. Sa conférence aura lieu le 27 Mars à 9h30 à l'Hôtel Riad Salam.

N.H.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc