×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Courrier des Lecteurs

Pétrole: Un baril à 25 Dollars nuirait à l'économie

Par L'Economiste | Edition N°:736 Le 30/03/2000 | Partager

. Les cours devraient baisser en avril et en mai avant une nouvelle reprise, selon les experts


Après la décision d'augmentation de la production annoncée mercredi par l'Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP), les cours augmentaient légèrement hier jeudi sur le marché londonien.
Le prix du Brent (qualité de référence de la Mer du Nord), cotait en effet 24,75 Dollars à 15h50 GMT sur l'International Petroleum Exchange après avoir clôturé à 24,40 la veille.
Il s'agit de la dernière cotation disponible à l'heure où nous mettions sous presse.
Les analystes ont rappelé hier " le mécanisme de stabilisation des prix" defini par l'organisation. Ce système permettra au cartel d'ajuster automatiquement sa production pour maintenir les cours entre 22 et 28 Dollars le baril. Si les prix dépassent les 28 Dollars, la production sera augmentée de 500.000 barils/jour, mais s'ils sont inférieurs à 22 Dollars le baril, la production sera réduite de la même quantité. Le calcul devrait se faire sur une moyenne de 20 jours consécutifs, sans précision sur la part de chacun des membres du cartel en cas d'ajustement. Ces experts ont en outre estimé que les prix de l'or noir allaient baisser en avril et en mai avant de connaître une remontée.

Révision en juillet


Les Saoudiens ont souligné jeudi qu'un baril à plus de 25 Dollars nuirait à l'économie mondiale. L'OPEP pourrait ainsi revoir son niveau de production à la hausse à partir du 1er juillet. Le marché boursier saoudien a d'ailleurs perdu 0,9% au cours de la semaine après une baisse des cours du brut.
Pour sa part, l'Iran a de nouveau critiqué hier les Etats-Unis pour avoir exercé des pressions sur les membres du cartel afin qu'ils augmentent leur production pétrolière pour faire baisser les prix.
Téhéran a ainsi estimé que les pressions américaines sur les pays membres de l'OPEP sont contraires aux règles et pratiques du commerce international libre. Ce pays considère comme une grande priorité la préservation des intérêts du pays et du peuple iranien et insiste pour y parvenir.
Rappelons que l'Iran a annoncé unilatéralement, mercredi, son intention d'augmenter sa production de brut à partir d'avril, après avoir refusé de s'associer à l'accord de l'OPEP.

Wissal SEGRAOUI (AFP)

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc