×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Pétrole: Riposte africaine contre la hausse des prix

    Par L'Economiste | Edition N°:2422 Le 14/12/2006 | Partager

    . Création d’un fonds pour amortir la facture pétrolièreL’UNION africaine (UA) préconise la création d’un fonds d’amortissement pour faire face à la forte hausse des hydrocarbures, qui handicape la croissance des pays africains. Depuis le 11 décembre, l’UA organise au Caire une réunion sur le sujet en partenariat avec la Banque africaine de développement (BAD) et la Commission économique pour l’Afrique (CEA) de l’Onu. Elle intervient à la veille d’un sommet de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) qui se tient pour la première fois en Afrique, le 14 à Abuja, capitale fédérale du Nigeria, le premier producteur d’Afrique et sixième exportateur mondial avec 2,6 millions de barils par jour. Cette réunion doit se terminer sur une déclaration des ministres africains de l’Energie et des Hydrocarbures et la mise en place d’un fonds spécial d’amortissement dont l’objectif principal «est de mobiliser les ressources destinées à assister les pays africains importateurs de pétrole pour contenir les chocs pétroliers et faciliter le financement de leurs importations pétrolières», souligne l’UA. En effet, pour les pays africains importateurs de pétrole, «le poids de la facture pétrolière dépasse les 10% du PIB, alors qu’il oscille autour de 2% dans les pays non producteurs membres de l’OCDE. Cela a des impacts négatifs sur la balance des paiements, l’inflation, l’emploi, la croissance, les investissements, le service de la dette, le niveau de vie des populations... En janvier 2006, le sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA de Khartoum avait décidé de créer un «Fonds africain de stabilisation du pétrole», et c’est sa mise en oeuvre qui est actuellement à l’étude au Caire. Le montant et les moyens de financement de ce fonds restent à définir de même que les critères qui définiront les bénéficiaires et les conditions de financement.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc