×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Pétrole: Les pays exportateurs maintiennent la production à la baisse

    Par L'Economiste | Edition N°:585 Le 01/09/1999 | Partager

    · L'Arabie Saoudite, le Mexique et le Venezuela ont affirmé le week-end dernier à Caracas le respect des quotas de production jusqu'à fin mars
    · Selon l'OPEP, le redressement des prix n'aura pas d'impact notable sur les pays consommateurs



    Si les cours de pétrole ont atteint un niveau raisonnable, les pays exportateurs ne sont pas tentés d'augmenter leur production. En effet, à l'issue d'une rencontre tenue samedi dernier à Caracas, les trois ministres du Pétrole saoudien, mexicain et vénézuélien ont indiqué que la réduction de la production pétrolière décidée en mars dernier et appliquée depuis le 1er avril sera maintenue jusqu'à fin mars 2000.

    Pas de craintes


    Les représentants des trois pays restent convaincus que l'accord sera respecté par les pays de l'OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole) et les autres pays exportateurs. Dans un communiqué commun, les trois ministres «observent avec satisfaction le retour graduel du marché pétrolier à la stabilité et le redressement des prix».
    La réunion de Caracas, dont l'objectif était d'étudier la production et les prix, intervient à un moment où les analystes s'attendent à une hausse de la production de pétrole chez les pays du Golfe sans toutefois qu'il y ait un dépassement des quotas de production de la part de ces pays. Selon eux, «cette décision n'aurait pas permis aux cours d'augmenter davantage».
    L'impact de la stabilité des prix de pétrole sur les pays consommateurs est faible, selon l'OPEP. «Rien ne nous porte à avoir de telles craintes, le prix de la corbeille de référence de l'OPEP a atteint 20,30 Dollars le baril en 1996, sans qu'il n'y ait un impact notable sur les consommateurs», indique M. Rilwanu Lukman, le secrétaire général de l'Organisation.
    Notons que le prix de la corbeille de l'OPEP est passé de 9,9 Dollars en mars à 18,3 en juillet. Le porte-parole de l'OPEP a exclu toute possibilité de révision à la hausse de la production.
    Il souligne qu'«après tout ce travail pour faire remonter les cours à un niveau raisonnable, les pays producteurs ne souhaitent pas couler le bateau».
    Les pays exportateurs avaient décidé au mois de mars dernier de revoir la production mondiale à la baisse. Cette baisse s'est élevée à 2,1 millions de barils par jour dont 1,7 million pour les membres de l'OPEP. La réduction de la production a fait grimper les cours du pétrole aux niveaux les plus hauts depuis deux ans.
    Mais si les analystes estiment que les indicateurs sont bons, les opérateurs restent vigilants. Ils suivent de près la tempête tropicale Dennis qui touche en ce moment les Bahamas. Cette tempête pourrait perturber les opérations de raffinage dans les pays du Golfe et le Mexique.

    Mohamed DOUYEB (AFP)


    Les cours ont reculé la semaine dernière


    Sur la place de l'International Petroleum Exchange, le prix du baril de référence, le Brent (pétrole de la Mer du Nord) s'est élevé à 20,47 Dollars en milieu de journée du vendredi contre 21,07 la semaine précédente.
    Au New York Mercantile Exchange, le cours du pétrole de référence, pour la livraison la plus proche en octobre atteignait dans la soirée du jeudi dernier 20,95 Dollars contre 21,77 le baril il y a sept jours. Le vendredi, les prix se sont remis de leur recul par rapport au début de la semaine. Cette légère reprise est attribuée entre autres à l'optimisme des analystes. La plupart d'entre eux estiment que les fondamentaux sont bons, mais le marché se montre encore nerveux.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc