×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Pétrole: Les cours se raffermissent

    Par L'Economiste | Edition N°:181 Le 25/05/1995 | Partager

    Les ministres du Pétrole de l'Opep vont examiner le 19 juin prochain à Vienne la situation du marché. Selon le secrétaire général de l'Organisation, M. Rilwanu Lukman, le plafond de production de l'Opep ne devrait pas être modifié vu que les cours du brut se sont améliorés. Depuis le début du mois de mai, les prix de référence se sont en effet maintenus au-dessus de la barre de 18 Dollars (1$US=8,42DH). Le cartel, qui s'est fixé un quota quotidien de 24,52 millions de barils pour 1995, a vu les prix du brut augmenter de pratiquement 12% depuis janvier.
    Cette performance est due au fait que les douze pays membres de l'Organisation ont respecté leur quota d'extraction. "L'Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis et le Koweït respectent strictement leurs quotas de production, en dépit de leur immense

    capacité de production", affirme un expert pétrolier cité par Le Figaro. Et d'ajouter: "cela constitue un facteur psychologique significatif pour la stabilité du marché".
    A fin avril, les prix de référence de l'Opep se sont élevés en moyenne à 17,40 Dollars le baril contre 13,82 Dollars sur la même période 1994 et 15,53 pour toute l'année. Si la tendance à la hausse se confirme, les cours pourraient dépasser 18 Dollars pour le premier semestre.
    A ce prix, les producteurs du Golfe estiment pouvoir résorber leur déficit budgétaire. En effet, confirme un responsable émirati, "dix-huit Dollars est un bon prix pour notre pétrole, car cela facilite nos prévisions budgétaires et nous aide à réduire nos déficits". Une condition cependant: il ne faudrait pas que "l'amélioration des cours pousse certains pays à augmenter leurs dépenses", précise-t-il.

    Hakima EL MARIKY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc