×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Pétrole: Le froid conditionne les cours

Par L'Economiste | Edition N°:2169 Le 12/12/2005 | Partager

. L’Opep maintiendrait ses quotas de productionLes cours du pétrole prenaient un demi-dollar vendredi 9 décembre, orientés à la hausse par les prévisions de températures froides aux Etats-Unis et par des couvertures de positions avant la réunion de l’Opep, qui débute aujourd’hui au Koweit. A New York, le baril de «light sweet crude» pour livraison en janvier progressait de 48 cents à 61,14 dollars. A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord prenait 47 cents à 59,14 dollars sur l’échéance de janvier. Cette hausse prolongeait la tendance de la veille, lorsque les prix ont gagné presque deux dollars à Londres, et 1,50 dollar à New York. Le froid a servi de moteur au marché cette semaine, orientant les cours à la hausse en dépit d’un bref répit occasionné par les chiffres des stocks américains. Mercredi 7 décembre, les prix avaient en effet reculé après la publication du rapport hebdomadaire du département américain de l’Energie (DoE) faisant état d’une hausse généralisée et inattendue des stocks pétroliers américains. Le marché était donc pris entre deux fondamentaux: d’une part, la possibilité d’une accélération de la demande, facteur haussier, d’autre part, le bon niveau des stocks américains, facteur baissier. Les opérateurs achetaient également pour couvrir leurs positions, mesure de prudence avant le début, lundi 12 décembre au Koweit, de la réunion de l’Opep. Le cartel devrait maintenir ses quotas de production, le marché pétrolier étant bien approvisionné et les cours acceptables à ses yeux. Plusieurs ministres des 11 pays membres de l’organisation ont déjà clairement indiqué qu’ils entendaient reconduire le niveau actuel de production, soit 28 millions de barils par jour.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc