×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Pétrole: Le baril de Brent pourrait grimper au-delà de 30 Dollars en l'an 2000

    Par L'Economiste | Edition N°:641 Le 18/11/1999 | Partager



    · La hausse des cours s'est accélérée sous l'effet de la réduction des stocks dans
    les pays développés
    · Des ministres de pays de l'OPEP se réunissent en fin de semaine pour décider du niveau de production


    Le pétrole Brent continuait de progresser lundi à Londres, s'acheminant vers 25 Dollars le baril. Il pourrait même grimper l'an prochain au-delà de 30 Dollars le baril. Le prix du baril de brut de référence (Light Sweet Crude), pour la livraison la plus rapprochée en décembre, a progressé de 22 cents à 25,13 Dollars lundi toujours sur le marché à terme de New York, son plus haut niveau depuis plus de 3 ans.
    La hausse des cours s'est accélérée la semaine dernière suite au rapport de l'Agence Internationale de l'Energie (AIE) montrant une forte réduction des stocks pétroliers dans les pays développés. Elle a également été soutenue par une série de déclarations des responsables de l'OPEP laissant entendre qu'ils avaient déjà convenu en principe d'une extension de l'accord sur les réductions de production au-delà de mars. L'orientation des prix du pétrole l'année prochaine sera déterminée par le niveau de la demande cet hiver.
    Outre le ralentissement du rythme de croissance de la demande mondiale de pétrole, la hausse du taux d'inflation est la crainte la plus importante, car elle mène à des changements de politique de la part des gouvernements. Malgré une hausse de 1 million de barils par jour de la production totale des pays non membres de l'OPEP prévue l'année prochaine, la baisse des stocks mondiaux ne pourra pas être enrayée si l'OPEP ne décide pas rapidement d'ouvrir les vannes.
    Les ministres du Koweit, d'Arabie Saoudite et du Venezuela vont discuter en fin de semaine de la possibilité d'extension ou de réduction du niveau actuel de production de l'OPEP. Des contacts informels auront lieu durant la Conférence pétrolière prévue au Koweit samedi et dimanche. Le Koweit fera parvenir par la suite aux compagnies pétrolières étrangères des propositions, sous forme de projets de contrats pour qu'elles fassent leurs offres d'investissement. Les entreprises étrangères seraient appelées à investir 7 milliards de Dollars d'ici 2003 pour développer des champs pétroliers, dans l'objectif de porter la capacité de production du Koweit à 2,5 millions de barils par jour en l'an 2000 et à 3 millions en 2005, contre près de 2,2 millions actuellement. Le groupe étatique avait précisé que les entreprises étrangères sélectionnées seraient rémunérées par baril produit ou ajouté aux réserves, excluant de partager avec elles la propriété des ressources pétrolières.
    Rappelons que l'Arabie Saoudite, le Venezuela et le Mexique sont les architectes de l'accord conclu en mars dernier entre les pays exportateurs, prévoyant une baisse de l'offre jusqu'au 31 mars 2000. Reconfirmé en septembre par l'OPEP, cet accord a provoqué un redressement spectaculaire des cours, qui évoluaient sous la barre des 10 Dollars le baril et qui ont plus que doublé depuis.

    Hicham RAIQ (AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc