×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Pétrole: L’Opep devrait opter pour un statu quo

Par L'Economiste | Edition N°:2856 Le 09/09/2008 | Partager

. Mais pourrait commencer à réduire son offre réelle. Réunion aujourd’hui à VienneL’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), qui se réunit aujourd’hui à Vienne, devrait maintenir ses chiffres de production officiels mais pourrait commencer à réduire discrètement son offre réelle, une façon de défendre les prix sans effrayer les consommateurs. «L’Organisation cherchera à réduire sa production avant la fin de l’année. La question est de savoir si elle le fera dès maintenant ou plus tard», estime Simon Wardell, analyste du cabinet Global Insight. Car alors que la récession menace désormais l’Europe en plus des Etats-Unis, la demande a flanché dans les pays industrialisés et les prix ont lâché plus d’un quart de leur valeur: après un sommet historique à 147,50 dollars le 11 juillet, le baril de brut est tombé à quelque 103 dollars vendredi à Londres. Une situation qui commence à inquiéter les 13 pays membres du cartel, dont la production de 32,7 millions de barils par jour atteint des niveaux record et assure 40% de l’offre mondiale. «Le marché a l’air d’être plus qu’en surplus», ce qui devrait pousser encore plus les prix à la baisse, a affirmé dimanche Choukri Ghanem, chef de la délégation libyenne, ajoutant que «tous ceux qui produisent plus que leur quota devraient mieux le respecter». Un avis partagé par l’Iran: «Les pays membres doivent respecter le plafond de production», a déclaré dimanche dernier le représentant de l’Iran au sein du cartel, Mohammad Ali Khatibi. Le retour de la production aux quotas officiels pourrait être une première pour préparer le terrain pour une baisse officielle lors de la réunion de décembre, à Oran (Algérie). Un plongeon des cours sous 100 dollars le baril pourrait donner du poids aux «faucons» pressés de tailler dans les quotas.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc