×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Pétrole: L’Equateur suspend ses exportations

Par L'Economiste | Edition N°:2091 Le 22/08/2005 | Partager

. Cet arrêt, qui inquiète le marché, est dicté par les tensions socialesLa compagnie pétrolière publique équatorienne, Petroecuador, a annoncé jeudi 18 août qu’elle suspendait ses exportations de pétrole brut en raison de l’agitation sociale qui affecte gravement sa production. L’état de «force majeure» a également été décrété pour éviter des sanctions de la part des acheteurs, a précisé Petroecuador dans un communiqué. L’entreprise justifie sa décision par «les événements (...) qui affectent la production des puits de pétrole de sa filiale Petroproduccion, en Amazonie».Le ministre équatorien de l’Energie, Ivan Rodriguez, a indiqué de son côté que la production de Petroecuador est tombée cette semaine de 201.000 barils par jour à 20.000 b/j. Les dommages causés aux infrastructures pétrolières, qu’il a qualifiés de «sabotages», entraîneront des pertes de quelque 443 millions de dollars s’ils ne sont pas réparés d’ici octobre, a averti le président de l’Equateur, Alfredo Palacio. Cet arrêt inquiète un marché nerveux affecté par les tensions géopolitiques au Moyen-Orient, des interruptions de l’offre et la saison des ouragans aux Etats-Unis. Malgré la modestie relative de la production équatorienne, «le marché s’inquiète des insuffisances de l’offre, et même une quantité de 200.000 barils par jour est susceptible de rendre les intervenants nerveux», précise un analyste. A signaler que deux départements de l’Amazonie équatorienne ont défié le 18 août l’état d’urgence décrété la veille par le gouvernement, poursuivant les protestations et occupations de plus de 200 puits pétroliers ainsi que les aéroports des deux provinces (Lago Agrio et El Coca) pour obtenir la renégociation de contrats avec des compagnies étrangères. Ces firmes privées extraient 300.000 barils par jour et n’ont pas signalé de problèmes pour le moment. Pour rappel, le pétrole est le principal produit exporté par l’Equateur. En 2004, les ventes ont représenté 3,9 milliards de dollars. La moitié de ces exportations ont pour destination les Etats-Unis. L’Equateur est le 5e producteur pétrolier d’Amérique du Sud.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc